Bourse > Bouygues > Bouygues : Bouygues devrait présenter une offre de rachat de SFR "d'ici à dix jours"
BOUYGUESBOUYGUES EN - FR0000120503EN - FR0000120503
32.905 € +2.17 % Temps réel Euronext Paris
32.340 €Ouverture : +1.75 %Perf Ouverture : 32.905 €+ Haut : 32.340 €+ Bas :
32.205 €Clôture veille : 1 255 300Volume : +0.36 %Capi échangé : 11 428 M€Capi. :

Bouygues : Bouygues devrait présenter une offre de rachat de SFR "d'ici à dix jours"

BOUYGUESBOUYGUES

(Tradingsat.com) - Nouveau rebondissement dans la course au rachat de SFR. Selon la presse du week-end, Martin Bouygues a tenté de convaincre le gouvernement qu'un rapprochement de son groupe de BTP avec la filiale de Vivendi dégagerait plus de synergies qu'un mariage SFR-Numericable, tout en promettant de garantir l'emploi.

De peur de se retrouver isolé face à Free et d'être contraint de se rapprocher de lui, Bouygues Telecom "travaille ces jours-ci à une offre de rachat de SFR qu’il devrait présenter d’ici à dix jours", rapporte Le Journal du Dimanche, citant plusieurs sources.

"Nous étudions toutes les options et informerons le marché quand nous aurons une position concrète", confirme un porte-parole du groupe cité par Le JDD.

Ainsi, Bouygues promet aux actionnaires de SFR "plus d’argent que les 5 milliards d’euros que Numericable fait miroiter ...), une situation financière plus saine que son concurrent, déjà très endetté, grâce aux moyens colossaux de son empire. Et deux fois plus de synergies de coûts (...)", précise le journal.

"Le réseau de SFR permettrait d’accueillir les 32 millions d’abonnés mobiles des deux opérateurs, assurant une économie d’un milliard d’euros par an. En contrepartie, Bouygues Telecom pourrait vendre le sien à Free pour ne pas être confronté aux griefs de l’Autorité de la concurrence."

Sauf que chez l’opérateur fondé par Xavier Niel, poursuit Le JDD, on ne voit pas les choses ainsi. "Notre réseau couvre aujourd’hui plus de 60 % de la population et nous n’avons aucun intérêt à en acheter un entier", indique-t-on au sein de la maison mère Iliad.

Un mariage sans casse sociale ?

Sur la question des emplois, les arguments de Martin Bouygues peinent à convaincre car "combiné à SFR, le nouvel opérateur compterait 20 000 salariés et beaucoup de doublons dans les fonctions commerciales, services clients, réseau et administratives".

"C’est impossible de faire ce mariage sans casse sociale", a confié au JDD un proche de SFR. Concernant la gouvernance du futur ensemble, Bouygues "promet une direction équilibrée dans laquelle Jean-René Fourtou, déjà promis à la présidence d’un duo SFR-Numericable, disposerait aussi de son siège de figure tutélaire". Un schéma jugé complexe dans l'entourage de Vivendi.

Les ambitions de Bouygues laissent également les analystes perplexes. "Ce projet d’acquisition devrait se heurter à de nombreux obstacles : la structure financière du groupe, la composition de son actionnariat et le coût des compensations que ne manquerait pas d’exiger la Commission Européenne. Rappelons que l’offre de Numericable s’élèverait à 15 milliards d'euros", décalre de son côté le CM-CIC Securities.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...