Bourse > Boursorama > Boursorama : Arkéa veut devenir le leader européen de la banque en ligne
BOURSORAMABOURSORAMA BRS - FR0000075228BRS - FR0000075228
12.000 € 0.00 %
12.000 €Ouverture : 0.00 %Perf Ouverture : 12.020 €+ Haut : 12.000 €+ Bas :
12.000 €Clôture veille : 7 210 190Volume : +8.13 %Capi échangé : 1 064 M€Capi. :

Boursorama : Arkéa veut devenir le leader européen de la banque en ligne

tradingsat

par Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - Fortuneo veut se servir du rachat du belge Keytrade comme d'un tremplin pour devenir le leader européen de la banque en ligne, une ambition qui nécessitera notamment d'autres acquisitions et le lancement d'offres de crédits immobiliers, a annoncé le directeur général de son propriétaire, le mutualiste Arkéa.

"On leur a présenté un projet qui est un projet simple, qui vise à devenir le leader de la banque en ligne en Europe", a déclaré à Reuters Ronan Le Moal, lors d'un entretien accordé à l'occasion de la finalisation du rachat de la banque en ligne belge.

"On a identifié deux ou trois pays qui nous intéressent, l'Allemagne peut être un pays intéressant", a-t-il précisé, ajoutant que son groupe serait attentif aux opportunités à travers le Benelux, voire en Europe du Sud.

Le développement par le biais d'acquisitions se justifie par le fait que la banque digitale est un secteur avec de lourdes barrières administratives et financières à l'entrée et dans lequel il est difficile de partir de rien pour conquérir un nouveau marché.

Fortuneo dit ne rien s'interdire non plus en France, ajoutant toutefois qu'il n'y a pas actuellement de cibles disponibles.

"Je pense que les positions sont installées", dit Ronan Le Moal, qui rappelle que les grandes banques françaises n'ont pour l'heure aucune intention de se séparer de leur filiale de banque en ligne.

L'acquisition de Keytrade, estimée entre 250 et 300 millions d'euros, permet à Fortuneo de faire passer son portefeuille de 350.000 à 600.000 clients, avec l'objectif de faire passer ce chiffre à 700.000 d'ici 12 à 18 mois.

Le nouvel ensemble, dont l'objectif est de croître de 10% par an, reste néanmoins bien en deçà du leader en France, ING Direct, qui revendique un million de clients.

Avec un produit net bancaire d'environ 180 millions d'euros, il représente néanmoins près de 10% de l'activité d'Arkéa, qui regroupe les fédérations de Bretagne, du Sud-Ouest et du Massif central du Crédit mutuel.

Ces banques régionales, qui ne peuvent ouvrir des agences en dehors de leur territoire, entendent assurer leur émancipation géographique via des investissements dans des métiers comme celui de la banque en ligne, libres de tout carcan territorial.

FORTUNEO SE LANCE DANS LE CRÉDIT IMMOBILIER

En France, Ronan Le Moal estime que le marché potentiel actuel est compris entre cinq à sept millions de clients, loin du raz-de-marée redouté il y a 15 ans et qui devait emporter la banque de détail.

Selon une étude du cabinet Simon Kucher & Partners, la pénétration des banques en ligne s'accroît rapidement en France mais reste limitée.

La part des clients détenant au moins un compte dans une banque en ligne est passée et 7,1% en 2014 à 8,3% en 2015.

"C'est quand même un métier dans lequel l'acquisition de clients, c'est le nerf de la guerre", explique le banquier, qui précise que la bataille consiste aussi pour les banques en ligne à devenir la banque principale de leurs clients, et non pas un simple fournisseur de comptes secondaires.

Pour croître dans ce contexte, Fortuneo entend lancer une offre de crédit immobilier, une stratégie employée notamment par ING direct et Boursorama, respectivement numéro un et deux en France, pour séduire les clients.

"Le crédit immobilier en Belgique comme en France c'est un vrai sujet", dit Ronan Le Moal. Keytrade lancera ses offres en Belgique en janvier, et Fortuneo en d'ici 12 à 18 mois.

"Il faut que ce soit un vecteur d'acquisition et de fidélisation, le crédit immobilier amène à la domiciliation des revenus", explique Ronan Le Moal pour qui cette activité, malgré des taux d'intérêts historiquement très bas, reste rentable.

"Sur les nouvelles productions on fait des marges plus faibles, mais cela marge toujours", dit-il, alors que certains établissements bancaires traditionnels dénoncent une surenchère nocive à leur profitabilité sur les crédits immobiliers.

(Julien Ponthus, édité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...