Bourse > Bourbon > Bourbon : Lafarge et Holcim dressent une liste de cessions d'actifs
BOURBONBOURBON GBB - FR0004548873GBB - FR0004548873
11.310 € +3.38 % Temps réel Euronext Paris
11.020 €Ouverture : +2.63 %Perf Ouverture : 11.550 €+ Haut : 11.020 €+ Bas :
10.940 €Clôture veille : 63 005Volume : +0.08 %Capi échangé : 863 M€Capi. :

Bourbon : Lafarge et Holcim dressent une liste de cessions d'actifs

Lafarge et Holcim listent des cessions en vue de leur fusionLafarge et Holcim listent des cessions en vue de leur fusion

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Lafarge et Holcim ont annoncé lundi une liste de cessions d'actifs, dont la plupart des activités du groupe suisse en France et au Canada et du groupe français au Royaume-Uni, afin de supprimer des doublons géographiques et de faciliter l'examen à Bruxelles de leur projet de fusion.

Ces activités, qui ont déjà suscité une cinquantaine de marques d'intérêt de la part d'acteurs financiers et industriels, pèsent environ 10% du chiffre d'affaires du groupe français de ciment et de son concurrent suisse, soit quelque 3,5 milliards d'euros.

En termes d'effectifs, elles représentent en tout 10.000 emplois, partagés pour moitié entre les deux groupes, sur un effectif de 130.000 personnes pour le futur Lafarge-Holcim.

"(Le) comité (de désinvestissements) a établi une liste d'actifs qui pourraient être désinvestis afin d'anticiper les demandes éventuelles des autorités de la concurrence", ont indiqué Bruno Lafont, PDG de Lafarge, et Bernard Fontana, directeur général d'Holcim, au cours d'une téléconférence de presse.

"Le futur groupe Lafarge-Holcim conservera une base industrielle significative en Europe, d'environ 20% de son chiffre d'affaires, afin de tirer parti de la reprise économique", a précisé Bruno Lafont.

Les actifs figurant sur la liste présentent une capacité de production combinée d'environ 27 millions de tonnes pour le ciment, 79 millions de tonnes pour les granulats et dix millions pour le béton prêt à l'emploi.

Lafarge et Holcim ont dévoilé début avril un projet de fusion affichant une capitalisation boursière cumulée de près de 41 milliards d'euros qui pourrait entraîner une vague de consolidation dans un secteur des matériaux de construction confronté à des surcapacités et une faible demande en Europe.

Ils avaient estimé à l'époque que les cessions d'actifs qui accompagneraient le projet représenteraient environ cinq milliards d'euros de chiffre d'affaires, pour les deux tiers en Europe. La différence avec les 3,5 milliards présentés lundi correspond aux cessions d'actifs supplémentaires que les deux groupes continueront d'étudier en fonction des demandes des autorités de la concurrence.

GRANDE-BRETAGNE, CANADA ET FRANCE

Lafarge et Holcim espèrent toujours boucler leur rapprochement d'ici la fin du premier semestre 2015. Leur intention est de notifier formellement leur projet auprès de la Commission européenne durant l'été.

Les deux groupes entendent également débuter dès maintenant les discussions avec les acquéreurs potentiels, mais les cessions ne seront effectives qu'après leur mariage, réalisé sous la forme d'une offre publique d'échange du suisse sur le français.

"Nos banques confirment l'appétit exceptionnel qu'elles observent, non seulement par le nombre, mais aussi par la variété des marques d'intérêt qui se présentent aujourd'hui, et nous anticipons que la liste puisse encore s'allonger", a indiqué Bruno Lafont.

Lafarge et Holcim assurent depuis le début du processus que leur projet n'entraînera ni fermeture de sites industriels ni suppressions d'emplois sur ces sites. Lafarge tient dans l'après-midi un comité de groupe européen avec les syndicats.

En France, les actifs d'Holcim sont surtout situés dans la moitié nord du pays, et le projet de cession les concerne tous à l'exception de la cimenterie d'Altkirch et des sites de béton et granulats du groupe suisse également situés dans le Haut-Rhin.

Holcim, présent en France depuis environ un siècle, y emploie 1.700 personnes.

Les actifs de Lafarge à La Réunion devraient également être cédés, à l'exception de la participation du groupe dans Ciments de Bourbon.

En Europe, Lafarge devrait vendre tous ses actifs en Allemagne et ceux de sa coentreprise britannique Lafarge Tarmac - dont son partenaire Anglo American lui revendra ses parts pour au moins 1,1 milliard d'euros -, à l'exception d'une cimenterie.

Plusieurs désinvestissements sont aussi notamment envisagés par Holcim au Canada, où le suisse emploie environ 2.900 personnes, ainsi qu'à l'Ile Maurice.

En Bourse, l'action Lafarge prend 0,3% et Holcim cède 0,25% à 11h30.

(Avec Natalie Huet, édité par Dominique Rodriguez)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...