Bourse > Bourbon > Bourbon : Aggravation de la perte nette au 1er semestre
BOURBONBOURBON GBB - FR0004548873GBB - FR0004548873
11.570 € +2.30 % Temps réel Euronext Paris
11.540 €Ouverture : +0.26 %Perf Ouverture : 11.850 €+ Haut : 11.510 €+ Bas :
11.310 €Clôture veille : 37 519Volume : +0.05 %Capi échangé : 883 M€Capi. :

Bourbon : Aggravation de la perte nette au 1er semestre

tradingsat

(CercleFinance.com) - Au 1er semestre (S1) 2011, les comptes de Bourbon ont témoigné d'une perte nette part du groupe de 21,4 millions d'euros (- 0,30 euro par action environ), contre 41 millions de bénéfice (pro forma) un an plus tôt et après une perte de 1,8 million au 2ème semestre 2010. En dépit d'une amélioration des tendances opérationnelles, l'effet de changes et la charge de la dette pénalisent lourdement le groupe de service parapétroliers.

L'effet de changes a notamment pesé lourdement : alors qu'il avait été positif à hauteur de 16,9 millions d'euros au S1 2010, il a au S1 2011 généré des charges financières nettes de 30,5 millions. Associé à une charge d'intérêt en hausse à 30,2 millions du fait de la progression de la dette, cet élément conduit le résultat financier à - 62,7 millions au S1 2011, contre + 5,5 millions un an plus tôt.

Cependant sur la période, le chiffre d'affaires s'affiche sur un an en hausse de 18,8% à 482,7 millions d'euros, grâce notamment aux branches Offshore et Subsea Services.

On signalera que le tarif moyen journalier a augmenté entre le 1er et le 2ème trimestre sur tous les segments de la flotte du groupe. De même, le taux moyen d'utilisation de la flotte, qui était de 81,1% au 4ème trimestre 2010, était de 83,1% au T1 2011 et de 84,7% au T2.

En outre, l'excédent brut d'exploitation (EBITDA) a pris 16,6% à 142,1 millions et le résultat opérationnel 19,9% à 43,1 millions d'euros, et ce 'malgré l'accroissement des amortissements lié à l'arrivée de nouveaux navires. La très forte progression (+144,8%) par rapport au second semestre 2010 provient de l'augmentation de l'EBITDA et de l'importance des provisions constituées au semestre précédent', indique le groupe.

Tout en déplorant l'effet de changes, le directeur général du groupe, Christian Lefèvre, a déclaré que “nous sommes arrivés à la fin d'un cycle défavorable qui dure depuis fin 2008 et le marché des navires offshore modernes est en train de se retourner”. Il souligne que la flotte de son groupe est composée de navires modernes, ce qui est d'ailleurs la cause majeure de la hausse de l'endettement du groupe.

“Dans ce contexte de reprise, qui commence à se refléter dans les chiffres opérationnels, Bourbon poursuit activement la mise en oeuvre de son plan stratégique Bourbon Leadership 2015”, a-t-il encore précisé.

“L'activité de Bourbon devrait pleinement profiter des 15% de hausse des investissements pétroliers, récemment annoncés pour 2011 en révision des 12% initialement envisagés sur le marché par rapport à 2010”, souligne encore le groupe qui rappelle avoir reçu 61 commandes d'appareils de forage au S1 2011, contre seulement deux un an plus tôt..

“Les carnets de commande des entreprises de construction offshore sont également en forte hausse”, indique le groupe qui souligne la préférence constante des clients pour les navires les plus modernes.

Enfin, “dans la lignée de la hausse des tarifs des navires de ravitaillement en offshore profond déjà sensible aujourd'hui, le marché attend une remontée des tarifs journaliers en fin 2011 et en 2012 dont Bourbon devrait logiquement être un des tout premiers acteurs à bénéficier”, conclut la société, qui restera cependant affectée par les variations de changes, dont celle de la parité euro/dollar.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...