Bourse > Bollore > Bollore : Perquisition au siège dans le cadre d'une enquête
BOLLOREBOLLORE BOL - FR0000039299BOL - FR0000039299
3.254 € +1.37 % Temps réel Euronext Paris
3.211 €Ouverture : +1.34 %Perf Ouverture : 3.265 €+ Haut : 3.211 €+ Bas :
3.210 €Clôture veille : 1 324 440Volume : +0.05 %Capi échangé : 9 457 M€Capi. :

Bollore : Perquisition au siège dans le cadre d'une enquête

tradingsat

(CercleFinance.com) - Selon le Monde, et dans le cadre d'une enquête judiciaire ouverte depuis deux ans contre la société Pefaco, très présente en Afrique, les locaux du groupe Bolloré ont été perquisitionnés la semaine dernière. En réponse, le groupe dont Vincent Bolloré est le patron et le principal actionnaire a affirmé hier soir qu'il n'avait jamais eu de relations avec Pefaco ni ses dirigeants.

En effet, le quotidien Le Monde a rapporté hier soir que la tour Bolloré, située à Puteaux dans les Hauts-de-Seine, avait fait l'objet vendredi dernier d'une perquisition dans le cadre de l'enquête judiciaire ouverte quant à Pefaco, société 'spécialisée dans l'hôtellerie et les jeux, très implantée en Afrique.'

Les bureaux du PDG du groupe Vincent Bolloré, alors en déplacement, ainsi que ceux d'autres cadres dont le directeur juridique du groupe, ont été 'visités' par les enquêteurs de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCLIFF), indique le journal.

Le groupe Bolloré est effectivement exposé de manière significative à l'Afrique à hauteur du quart environ de son CA, de près de la moitié de son effectif et, selon plusieurs bureaux d'études français, de la majorité de son résultat opérationnel. Principale filiale “locale” du groupe : Bolloré Africa Logistics, chargée comme son nom l'indique de transport et de logistique, et qui gère notamment des concessions portuaires.

Ces derniers seraient l'un des enjeux de l'enquête : selon le Monde indique, 'les policiers se demandent en effet aujourd'hui si le groupe du milliardaire breton a utilisé son bras publicitaire, Havas (groupe maintenant contrôlé par Bolloré, ndlr), pour faciliter l'obtention de la gestion des ports de Conakry en Guinée et de Lomé au Togo'.

Dans un bref communiqué diffusé hier soir, le groupe Bolloré affirme 'qu'il n'a entretenu et qu'il n'entretient aucune relation avec la société Pefaco et ses dirigeants.'

“Concernant ses activités portuaires, le groupe Bolloré rappelle qu'il s'agit d'investissements considérables, réalisés en partenariat avec d'autres grands groupes internationaux. Ils représentent des engagements sur plusieurs dizaines d'années et pour lesquels ils sont sélectionnés, exclusivement, en fonction du montant et des qualités techniques des investissements”, ajoute-t-il.




Copyright (c) 2016 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...