Bourse > Bnp paribas act.a > Bnp paribas act.a : Séance positive pour les banques, dans l'attente d'engagements forts
BNP PARIBAS ACT.ABNP PARIBAS ACT.A BNP - FR0000131104BNP - FR0000131104
60.060 € +0.50 % Temps réel Euronext Paris
59.590 €Ouverture : +0.79 %Perf Ouverture : 60.440 €+ Haut : 59.230 €+ Bas :
59.760 €Clôture veille : 4 119 830Volume : +0.33 %Capi échangé : 74 895 M€Capi. :

Bnp paribas act.a : Séance positive pour les banques, dans l'attente d'engagements forts

tradingsat

(Tradingsat.com) - Après un début de séance poussif, le secteur bancaire est finalement parvenu à gagner du terrain lundi, suite à l'engagement pris ce week-end par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy de recapitaliser les banques. A la clôture, BNP Paribas s'inscrivait en hausse de 3%, à 32,5 euros, suivie par Société Générale (+1,2% à 20,76 euros), Crédit Agricole (+0,4% à 5,4 euros). Hors CAC 40, Natixis a grimpé de 3% à 2,5 euros. Pour sa reprise de cotation après le lancement de son démantèlement, Dexia a néanmoins cédé 4,7%, à 0,81 euro.

Mais si la France et l'Allemagne ont affiché leur unité sur la recapitalisation les banques européennes, personne ne sait encore comment les deux pays moteurs de l'Union européenne comptent s'y prendre. « Si le contenu reste flou, les objectifs sont élevés puisque les deux leaders veulent être en mesure de se présenter devant leurs partenaires du G20 le 3 novembre avec un plan global pour mettre un terme à la crise européenne (refinancement de la Grèce, recapitalisation des banques, gouvernance européenne) », a commenté aujourd'hui CM-CIC Securities. «  Mais attention, l'absence d'engagements forts tout de suite risque de décevoir », prévient le broker.

Par ailleurs, la Fédération Française des Banques a rappelé lundi soir « que l'inquiétude des marchés a pour origine la situation des finances publiques de certains pays de la zone euro, et pas celle des banques européennes elles-mêmes ».

Si « les banques françaises prennent acte de la volonté franco-allemande de faire des propositions pour régler la crise dans la zone euro avant la fin du mois d'octobre », elles soulignent que « la solution à cette crise et le rétablissement de la confiance de l'ensemble des agents économiques passent bien en priorité par la restauration de la crédibilité des États à réduire dettes et déficits publics, la mise en oeuvre rapide du plan de soutien apportant une solution durable à la Grèce, associant, sur une base volontaire, les créanciers privés ».


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...