Bourse > Bnp paribas act.a > Bnp paribas act.a : Prémices d'un front uni face aux sanctions bancaires américaines
BNP PARIBAS ACT.ABNP PARIBAS ACT.A BNP - FR0000131104BNP - FR0000131104
54.590 € -2.34 % Temps réel Euronext Paris
55.500 €Ouverture : -1.64 %Perf Ouverture : 55.660 €+ Haut : 54.310 €+ Bas :
55.900 €Clôture veille : 3 953 760Volume : +0.32 %Capi échangé : 68 044 M€Capi. :

Bnp paribas act.a : Prémices d'un front uni face aux sanctions bancaires américaines

tradingsat

PARIS (Reuters) - La France et l'Allemagne souhaitent une position européenne commune sur les sanctions imposées par la justice américaine à des banques européennes pour des opérations effectuées hors des Etats-Unis, a déclaré le ministère allemand des Finances.

Mais Paris a démenti avoir demandé que le sujet soit porté à l'ordre du jour du prochain sommet du G20 en novembre à Brisbane, comme le rapporte lundi le Financial Times.

La France souhaite en revanche obtenir le soutien de ses partenaires européens à la nécessité de promouvoir l'usage de l'euro dans les transactions internationales pour réduire l'exposition des sociétés européennes au risque de "l'extraterritorialité" du droit américain.

La question a été abordée récemment par le ministre français des Finances Michel Sapin avec ses homologues allemand et italien à la suite de la sanction de 8,9 milliards de dollars infligée à BNP Paribas, qui a reconnu avoir enfreint des lois américaines encadrant les sanctions prises par Washington contre le Soudan, Cuba et l'Iran.

D'autres banques européennes sont dans le collimateur de la justice américaine pour des transactions similaires, comme Deutsche Bank, UniCredit ou Société générale, mais pour des montants bien moins importants.

A Berlin, on confirme que Michel Sapin a bien discuté des questions soulevées par l'affaire BNP Paribas avec son homologue allemand Wolfgang Schäuble mais sans évoquer une éventuelle saisie du G20.

Les deux ministres "aimeraient une position européenne commune sur le sujet", a indiqué un porte-parole du ministère allemand des Finances.

Selon le ministère français des Finances, "la France n'a pas demandé qu'il y ait un point spécifique sur l'extraterritorialité du droit américain au G20". "Ce sur quoi nous travaillons, c'est la question de la place de l'euro", indique-t-on.

A Rome, où Michel Sapin s'est rendu jeudi, un porte-parole du ministre italien de l'Economie Pier Carlo Padoan a indiqué que les deux hommes avaient discuté du rôle de l'euro mais pas du droit des Etats-Unis à sanctionner des entreprises étrangères.

"(Pier Carlo) Padoan a promis d'aborder le sujet (de la promotion de l'euro dans les transactions internationales) à l'Ecofin", a-t-il dit. Mais les deux ministres "n'ont parlé ni des sanctions américaines contre des banques étrangères ni de l'ordre du jour du G20".

(Ingrid Melander et Yann Le Guernigou à Paris, Andres Rinke à Berlin, et Giselda Vagnoni à Rome,)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...