Bourse > Bnp paribas act.a > Bnp paribas act.a : Les banques centrales prennent le devant de la scène
BNP PARIBAS ACT.ABNP PARIBAS ACT.A BNP - FR0000131104BNP - FR0000131104
54.590 € -2.34 % Temps réel Euronext Paris
55.500 €Ouverture : -1.64 %Perf Ouverture : 55.660 €+ Haut : 54.310 €+ Bas :
55.900 €Clôture veille : 3 953 760Volume : +0.32 %Capi échangé : 68 044 M€Capi. :

Bnp paribas act.a : Les banques centrales prennent le devant de la scène

tradingsat

par Balazs Koranyi

FRANCFORT (Reuters) - Les banques centrales joueront les premiers rôles cette semaine, de Washington à Tokyo en passant par Londres, les décideurs en matière de politique monétaire abattant leurs cartes pour contrer le ralentissement de la croissance, la volatilité des marchés financiers et les pressions déflationnistes.

Après la Banque centrale européenne (BCE), qui a ouvert le bal jeudi dernier en déployant un arsenal de mesures de stimulation, la Réserve fédérale américaine pourrait donner mercredi des indices sur le calendrier qu'elle adoptera pour ses prochaines hausses de taux.

La Banque d'Angleterre devrait opter le lendemain pour la prudence dans un climat troublé par l'approche du référendum sur le maintien de la Grande-Bretagne au sein de l'Union européenne.

Si l'économie américaine se porte plutôt bien, elle reste cependant sous l'effet de vents contraires, notamment en ce qui concerne son commerce extérieur et le niveau de ses salaires.

Ces éléments pourraient conduire la Fed à ne pas relever ses taux avant le mois de juin tout en laissant la porte ouverte à de nouvelles hausses, pense-t-on sur les marchés.

"Le message de la Fed devrait être une pause pour évaluer les incertitudes et rassembler de nouveaux éléments mais pas un changement de sa stratégie ni de sa vision à moyen terme", écrit BNP Paribas dans une note.

Les économistes interrogés par Reuters s'attendent désormais à une hausse de taux en juin puis une autre avant la fin de l'année, soit deux hausses au total en 2016 au lieu des quatre initialement suggérées par la banque centrale américaine lorsqu'elle avait relevé ses taux pour la première fois depuis près de 10 ans, en décembre dernier.

STATU QUO ATTENDU EN ANGLETERRE

La Banque d'Angleterre, qui communiquera jeudi, soit au lendemain de la présentation par le gouvernement britannique d'un nouveau budget, devrait opter pour le statu quo tout en adoptant un ton accommodant et en insistant sur les obstacles à surmonter.

La Banque du Japon (BoJ), qui rendra son verdict mardi, s'abstiendra sans doute elle aussi d'abaisser à nouveau les taux après avoir surpris les marchés en janvier en les précipitant en territoire négatif.

Les marchés spéculent pourtant sur l'imminence de nouvelles mesures de relance de la part de la banque centrale japonaise, qui n'a pas réussi à faire remonter les cours de Bourse ni à apaiser le yen alors que l'économie de l'archipel continue de stagner.

Egalement au menu d'un semaine chargée en matière de politique monétaire, la décision de la Banque nationale suisse (BNS), attendue pour jeudi. Elle devrait laisser ses taux inchangés mais les experts pensent qu'elle pourrait augmenter ses achats de devises pour empêcher un raffermissement du franc après l'assouplissement monétaire plus fort que prévu annoncé par la BCE, pensent les experts.

Autre politique monétaire très suivie par les marchés, celle de la Chine, dont la croissance ralentit nettement, avec des effets spectaculaires sur l'ensemble des places financières.

La banque centrale chinoise continuera de suivre une politique flexible afin d'être en mesure de faire face à d'éventuels chocs économiques sans pour autant avoir recours à des mesures de soutien excessives pour doper la croissance, a déclaré samedi le gouverneur de l'institut d'émission, Zhou Xiaochuan.

La Banque populaire de Chine s'efforce de maintenir à niveau les liquidités dans la deuxième puissance économique mondiale mais certains responsables ont mis en garde contre les effets sur le yuan d'une politique monétaire trop accommodante, avec déjà six baisses de taux depuis novembre 2014.

(Patrick Vignal pour le service français)

Copyright © 2016 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...