Bourse > Bnp paribas act.a > Bnp paribas act.a : Le précédent BNP Paribas plane sur les projets français en Iran
BNP PARIBAS ACT.ABNP PARIBAS ACT.A BNP - FR0000131104BNP - FR0000131104
59.460 € +2.25 % Temps réel Euronext Paris
59.210 €Ouverture : +0.42 %Perf Ouverture : 60.230 €+ Haut : 58.670 €+ Bas :
58.150 €Clôture veille : 6 624 200Volume : +0.53 %Capi échangé : 74 115 M€Capi. :

Bnp paribas act.a : Le précédent BNP Paribas plane sur les projets français en Iran

Le précédent BNP Paribas plane sur les projets français en IranLe précédent BNP Paribas plane sur les projets français en Iran

par Marine Pennetier

PARIS (Reuters) - Les entreprises et banques françaises qui souhaitent réinvestir en Iran à la faveur de l'accord conclu avec Téhéran sur le nucléaire oscillent entre enthousiasme économique et prudence juridique un an après l'amende infligée à BNP Paribas.

"Il y a une opposition entre les directeurs commerciaux qui voient un marché très prometteur et les directeurs financiers qui voient des risques encore importants", souligne Alexandre Sudron, cofondateur du cercle Iran Economie. "Chaque entreprise est en contact avec sa banque, le but du jeu est de restaurer des réseaux financiers le plus rapidement possible".

La levée des sanctions qui étouffent l'économie iranienne depuis près de dix ans devrait intervenir après le 15 décembre, date de la remise du rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur le respect des obligations prises par Téhéran concernant son programme nucléaire.

Attendue de longue date par des investisseurs attirés par les perspectives offertes par un marché iranien prometteur, cette mesure a été assortie d'un "snap back", un rétablissement automatique des sanctions si Téhéran ne tient pas parole, de quoi refroidir l'enthousiasme des banques.

"Quand en avril Laurent Fabius a prononcé le mot 'snap back', pour les entreprises c'était un mot dramatique", indique Alexandre Sudron. "Après, il y a une vraie croyance dans le processus politique qui est en cours, l'ouverture va faire que ce processus va être irréversible. Des deux côtés, cela coûterait extrêmement cher de revenir dessus".

INHIBITIONS

Au delà du snap back, l'amende de plus de 8,9 milliards de dollars infligée l'an dernier à BNP Paribas pour des transactions avec des pays soumis à embargo des Etats-Unis, au premier rang desquels l'Iran, est dans tous les esprits.

"Il y a un vrai sujet qui est de voir comment les entreprises françaises, les banques mondiales et américaines réagissent à la levée des sanctions, à quelle vitesse, avec quelles inhibitions", dit une source diplomatique française.

"Pour investir, les chefs d'entreprise ont besoin d'une sûreté absolue", ajoute cette source. "Ils ont besoin de financement mais les banques ne financent que si elles sont sûres de ne pas se faire pénaliser plus tard parce qu'il y aura eu une interprétation erronée d'un texte."

Conformément au Foreign Corrupt Practices Act, Washington a un droit de regard sur les transactions réalisées en dollars même si elles sont menées par une entité non américaine.

Certaines sanctions américaines devant rester en vigueur, Paris, Berlin et Londres ont engagé une démarche auprès des Etats-Unis pour éviter que les entreprises européennes reprenant pied en Iran connaissent la même mésaventure que BNP Paribas.

"Beaucoup de banques qui sont capables de financer toute une série d'investissements ont également des filiales aux Etats-Unis et travaillent parfois en dollars", a souligné le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, cette semaine.

"Il faut arriver à ce que, puisque les sanctions vont être levées mais qu’elles pourraient être rétablies si jamais il y avait des manquements, on élimine le risque de ce qu'a par exemple connu l'entreprise Paribas."

Une cinquantaine de chefs d'entreprises, en majorité du Cac 40, seront reçues mardi au Quai d'Orsay pour faire le point après la conclusion de l'accord à Vienne, selon un diplomate.

L'ouverture des transactions financières est le point clef, souligne-t-on au Medef, dont une délégation de 80 entrepreneurs se rendra fin septembre en Iran avec un accent sur les secteurs de l'énergie, des villes durables ou encore de l'automobile.

"Ce qui bloque pour l'instant, et l'effet BNP Paribas y est pour quelque chose, ce sont les transactions financières", dit-on au Medef international. "Tant que ce point n'est pas levé, des contacts seront pris, des accords seront passés mais on ne pourra pas être très concrets sur des exportations, des investissements. Il faut que ce point fondamental de levée des sanctions sur les transactions financières soit effectif."

CARTES A JOUER

Avec 80 millions d'habitants, majoritairement jeunes, le marché iranien attire les convoitises.

La France, qui avait une position confortable avant l'instauration des sanctions, doit désormais composer avec la Chine et les Etats-Unis et la concurrence s'annonce rude.

A Paris, on évoque des "perspectives économiques importantes" tout en refusant de parler d'eldorado économique.

"Il faut faire attention, ce n'est pas la ruée vers l'or, ce n'est pas le marché chinois ni indien, il peut y avoir des déceptions", souligne-t-on au Medef. Mais la France a une carte à jouer dans le secteur automobile, où la France conserve une bonne image, ou encore dans le secteur du luxe.

La "ligne dure" observée par la France dans les négociations ne devrait pas avoir d'impact pour les entreprises françaises malgré les mises en garde d'un ministre iranien qui estimait que Paris risquait de passer à côté de quelque 80 milliards de dollars de potentiels contrats dans le secteur des transports.

"C'était une posture de négociation qui, à l'époque, était nécessaire", estime Alexandre Sudron. "La France est un partenaire historique pour l'Iran, on a eu de très bonnes relations politiques et économiques".

"On a toujours dit qu'on n'avait rien contre l'Iran mais qu'on avait un problème de non prolifération nucléaire", ajoute la source diplomatique. "On était exigeant, comme eux, mais jamais méprisants ou absurdes dans nos demandes, donc on va voir", ajoute cette source, rappelant que François Hollande avait été le premier dirigeant occidental à rencontrer le président iranien Hassan Rohani en 2013.

(avec John Irish, édité par Yves Clarisse)

Copyright © 2015 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...