Bourse > Bnp paribas act.a > Bnp paribas act.a : La Banque de France prévoit une croissance plus robuste fin 2013
BNP PARIBAS ACT.ABNP PARIBAS ACT.A BNP - FR0000131104BNP - FR0000131104
60.600 € +1.92 % Temps réel Euronext Paris
59.450 €Ouverture : +1.93 %Perf Ouverture : 61.660 €+ Haut : 58.920 €+ Bas :
59.460 €Clôture veille : 4 883 990Volume : +0.39 %Capi échangé : 75 536 M€Capi. :

Bnp paribas act.a : La Banque de France prévoit une croissance plus robuste fin 2013

Marché : La Banque de France voit une croissance de 0,5% au 4e trimestreMarché : La Banque de France voit une croissance de 0,5% au 4e trimestre

PARIS (Reuters) - La Banque de France entrevoit une croissance un peu plus robuste que prévu précédemment pour la fin de l'année en France à la faveur d'un rebond ressenti dans l'industrie qui n'apparaît toutefois pas dans des statistiques récentes.

La banque a revu en hausse de 0,1 point, à 0,5%, sa prévision pour le produit intérieur brut du quatrième trimestre à partir des éléments de son enquête mensuelle de conjoncture de novembre publiée lundi.

Dans la précédente estimation, publiée le mois dernier, elle tablait sur une croissance de 0,4% pour la période octobre-décembre, soit le même niveau que celle anticipée par l'Insee dans une note de conjoncture début octobre.

L'institut a fait état depuis d'un recul de 0,1% du PIB de la France au 3e trimestre, venant après son rebond de 0,5% du 2e trimestre.

L'enquête de novembre de la Banque de France fait apparaître une hausse d'un point de l'indicateur du climat des affaires dans l'industrie par rapport au mois d'octobre, à 101, et un recul d'un point de celui des services, à 92.

Elle a révisé dans le même temps en hausse d'un point l'indicateur pour l'industrie d'octobre qui n'avait pas atteint le seuil de 100, sa moyenne de long terme, depuis mai 2011.

L'amélioration du climat des affaires dans l'industrie, que l'enquête de la Banque de France fait démarrer cet été, ne se retrouve pas dans une autre enquête mensuelle très suivie, celle de l'institut Markit, qui signale au contraire une détérioration sur octobre-novembre.

ACQUIS NÉGATIFS

L'Insee, qui interroge également des chefs d'entreprise chaque mois, fait état pour sa part d'une stabilité du climat des affaires dans l'industrie depuis le début de l'automne et d'une nette progression dans les services en novembre.

Les économistes privilégient souvent les enquêtes Insee à celles de Markit car le panel de chefs d'entreprises interrogés par le premier institut est plus large.

Quant à la prévision de la Banque de France, fondée uniquement sur les résultats de ses enquêtes, Dominique Barbet, économiste de BNP Paribas Corporate & Investment Banking, ne la juge pas très fiable même si, selon lui, "elle laisse penser que l'activité est plus forte que beaucoup ne le pensent".

Axelle Lacan, économiste du Crédit agricole, estime logique que l'industrie, qui bénéficie de l'amélioration de la situation en Europe, s'en tire mieux que les services, plus dépendants d'une situation intérieure atone en France.

Mais elle reste néanmoins prudente au vu des dernières statistiques d'activité. "Les acquis négatifs sur la consommation et la production industrielle n'incitent pas à anticiper une hausse de 0,5% du PIB au 4e trimestre", dit-elle.

Le Crédit agricole table ainsi sur une croissance limitée à 0,1% pour le dernier trimestre 2013, sauf bonne surprise éventuelle sur l'investissement.

STABILISATION DES EFFECTIFS

Selon la Banque de France, la production et les livraisons ont progressé "nettement" dans l'ensemble des secteurs industriels en novembre.

Le taux d'utilisation des capacités de production dans l'industrie manufacturière a poursuivi son rebond entamé en septembre pour s'inscrire à 76,7% (+0,3 point), soit son meilleur niveau depuis juillet 2012.

La Banque de France fait état en outre d'une stabilisation des effectifs et indique que les chefs d'entreprise tablent sur une stabilité de l'activité dans les prochaines semaines.

Dans les services, l'activité a augmenté "légèrement" le mois dernier, notamment dans les activités informatiques et de transport, celles liées à l'hébergement-restauration et aux services aux ménages accusant un recul.

Mais dans ce secteur, "les effectifs se renforcent à peine", les prix restent faiblement orientés à la baisse et "les prévisions tablent sur une amélioration modeste de l'activité en décembre".

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...