Bourse > Bnp paribas act.a > Bnp paribas act.a : L'inflation est redevenue négative en février
BNP PARIBAS ACT.ABNP PARIBAS ACT.A BNP - FR0000131104BNP - FR0000131104
58.150 € +5.15 % Temps réel Euronext Paris
54.920 €Ouverture : +5.88 %Perf Ouverture : 58.490 €+ Haut : 54.870 €+ Bas :
55.300 €Clôture veille : 7 168 000Volume : +0.58 %Capi échangé : 72 482 M€Capi. :

Bnp paribas act.a : L'inflation est redevenue négative en février

L'inflation est redevenue négative en févrierL'inflation est redevenue négative en février

par Yann Le Guernigou et Myriam Rivet

PARIS (Reuters) - L'inflation est redevenue négative pour la première fois depuis un an en février en France sous l'impact de la faiblesse des prix de l'énergie, une évolution qui accentue la pression sur la Banque centrale européenne (BCE) au moment où elle prépare de nouvelles mesures pour combattre les risques de déflation.

Mais la croissance de l'économie au dernier trimestre 2015 a été révisée en hausse à +0,3% et l'Insee a publié dans le même temps vendredi des chiffres de consommation des ménages de bon augure pour celle des premiers mois de 2016.

L'institut a fait état d'une première estimation d'inflation sur douze mois à -0,2% en février, alors qu'elle était repassée en territoire positif depuis avril après un hiver 2015 dans le rouge.

L'indice des prix harmonisé IPCH, qui permet les comparaisons avec les autres pays de la zone euro, s'inscrit de même en baisse de 0,1% sur douze mois alors qu'il était attendu en hausse de 0,1% par les économistes interrogés par Reuters.

L'Insee invoque avant tout la chute des prix de l'énergie (-6,8% sur un an) liée à celle des cours du pétrole pour expliquer cette baisse.

Mais il mentionne aussi l'effet du décalage du calendrier des vacances scolaires de la zone C (dont la région parisienne), qui "pèserait sur les prix des services touristiques cette année" en février.

La conséquence en est un net ralentissement (+0,8%, un plus bas depuis avril 2013) du glissement annuel des prix des services.

"On reste dans une zone d'inflation inconfortablement basse", note Hélène Baudchon, économiste de BNP Paribas, "ces chiffres ne sont pas de nature à calmer les inquiétudes qu'on peut avoir sur la dynamique des prix".

L'Espagne a fait état vendredi matin d'une inflation sur douze mois en baisse de 0,9% en février et plusieurs Lander allemands ont également publié des indices de prix en recul.

CONSOMMATION UN PEU PLUS FORTE FIN 2015

Ces évolutions compliquent la tâche de la BCE, qui s'inquiète des "effets de second tour" de la déprime des cours du pétrole, et alimentent les spéculations sur un renforcement de son programme d'achats d'actifs lors de sa réunion du 10 mars, son objectif de retour à une inflation proche de 2% restant bien éloigné.

En attendant, l'Insee a revu en hausse de 0,1 point, à +0,3%, la croissance du produit intérieur brut de la France au dernier trimestre 2015. La moyenne sur l'année reste à 1,1%, un plus haut depuis 2011, après 0,2% en 2014.

La révision tient pour l'essentiel à la consommation des ménages, un peu moins faible en fin d'année qu'annoncée initialement (-0,2% après -0,4%).

L'investissement, principal moteur de la croissance sur le trimestre, n'a été que peu modifié (+0,7% contre +0,8%). Il a été confirmé à +1,3% pour les entreprises mais revu en nette baisse pour les ménages (-1,0% contre +0,5%) malgré la reprise annoncée du marché immobilier.

La variation des stocks des entreprises a vu sa contribution au PIB du trimestre réévaluée à +0,7 point (+0,5 point en première estimation), un niveau élevé équivalent à celui du troisième trimestre et qui risque fort d'être corrigé pour les trimestres à venir.

La hausse de 0,6% des achats de biens des ménages en janvier, après une autre en décembre revue en hausse à +1,0%, confirme toutefois que la consommation est en train de retrouver son rôle prépondérant dans la croissance française après un creux à l'automne.

Le retour à des températures proches de la normale, qui font monter les dépenses d'énergie, mais aussi la hausse des dépenses d'équipement du logement alimentent la tendance actuelle.

A fin janvier, l'acquis de croissance de la consommation des ménages en biens, qui contribue pour près de 25% au PIB, s'établit à 0,8%, ce qui conforte les anticipations d'un début d'année solide pour l'économie française (consensus à +0,4% pour le PIB)

(édité par Yves Clarisse)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...