Bourse > Bnp paribas act.a > Bnp paribas act.a : L'effet BoJ profite à la dette de zone euro, sauf au Bund
BNP PARIBAS ACT.ABNP PARIBAS ACT.A BNP - FR0000131104BNP - FR0000131104
56.600 € +2.35 % Temps réel Euronext Paris
54.920 €Ouverture : +3.06 %Perf Ouverture : 56.950 €+ Haut : 54.870 €+ Bas :
55.300 €Clôture veille : 1 886 960Volume : +0.15 %Capi échangé : 70 550 M€Capi. :

Bnp paribas act.a : L'effet BoJ profite à la dette de zone euro, sauf au Bund

L'effet BoJ profite à la dette de zone euro, sauf au BundL'effet BoJ profite à la dette de zone euro, sauf au Bund

par Ana Nicolaci da Costa

LONDRES (Reuters) - Les rendements des emprunts d'Etat de plusieurs pays de la zone euro bien notés en dehors de l'Allemagne ont atteint vendredi leur plus bas niveau historique, des intervenants évoquant la possibilité que des investisseurs japonais se détournent de leur marché domestique pour s'intéresser à la zone euro.

Le rendement à dix ans français est ainsi passé pour la première fois sous la barre symbolique de 1,8%, pour revenir à 1,799%. Parallèlement, le rendement autrichien a inscrit un plus bas à 1,52% et l'équivalent belge a fait de même à 2,005%.

Ce mouvement intervient au lendemain de l'annonce par la Banque du Japon (BoJ) d'une nouvelle phase d'assouplissement quantitatif qui a fait tomber le rendement des emprunts à dix ans nippons (JGB) à 0,315%.

La préférence pour les obligations de la zone euro offrant un rendement supérieur à celui de la dette allemande intervient alors que les coûts de financement de l'Allemagne ont touché jeudi leur plus bas niveau depuis huit mois, conséquence des déclarations de la Banque centrale européenne sur le fait qu'elle est "prête à agir" pour soutenir l'économie.

"Il semble que les décisions de la Banque du Japon aient pour conséquence de détourner des capitaux du Japon pour aller vers d'autres marchés, et les 'semi-core' ont toujours figuré parmi les favoris (des Asiatiques)", explique un trader.

L'expression "semi-core" regroupe les émetteurs de la zone euro appartenant au "noyau" de la zone euro mais offrant des rendements supérieurs à ceux des Etats les mieux notés, comme l'Allemagne ou la Finlande.

LE BUND TROP CHER

Philip Tyson, stratège d'ICAP, a évoqué dans un entretien à Reuters Insider des rumeurs de marché selon lesquelles des compagnies d'assurance-vie japonaises ont déjà commencé à céder des JGB pour se mettre en quête en rendement, notamment en Europe.

"Le mouvement de vente marqué observé aujourd'hui sur le compartiment des JGB constitue un élément de preuve du fait que des investisseurs privés japonais n'ont plus d'appétit pour la dette souveraine domestique", dit Patrick Jacq, stratège taux de BNP Paribas.

"La Banque du Japon va acheter massivement de la dette souveraine domestique et les investisseurs privés vont acheter de la dette étrangère parce qu'ils veulent du rendement."

Les obligations espagnoles et italiennes, pourtant moins bien notées, profitent elles aussi du mouvement favorable à la zone euro: le rendement à dix ans espagnol reculait de 6,3 points de base à 4,89% vendredi matin et l'italien de neuf points à 4,49%.

Les titres allemands, eux, variaient peu dans l'attente de la publication des statistiques mensuelles de l'emploi aux Etats-Unis, en début d'après-midi, et au lendemain d'un rally favorisé par les déclarations de la BCE.

En dépit du contexte conjoncturel et de l'impact de la crise chypriote, deux facteurs a priori favorables aux valeurs refuges, des analystes jugent les obligations allemandes trop chères et leur potentiel de hausse limité.

"On est à des niveaux similaires à ceux de l'époque où le risque d'un effondrement de l'Union économique et monétaire (était) dans les cours", dit Patrick Jacq. "Le marché est très, très cher."

Les futures sur le Bund cédaient 12 points à 154,84 et le rendement à dix ans allemand reprenait un point de base à 1,26%. Il avait atteint jeudi son plus bas niveau depuis août à 1,237%.

William James à Londres, Alexandre Boksenbaum-Granier; Wilfrid Exbrayat et Marc Angrand pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2013 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...