Bourse > Axa > Axa : Zurich Insurance renonce à racheter RSA, dont le titre chute
AXAAXA CS - FR0000120628CS - FR0000120628
22.775 € +2.50 % Temps réel Euronext Paris
21.940 €Ouverture : +3.81 %Perf Ouverture : 22.840 €+ Haut : 21.815 €+ Bas :
22.220 €Clôture veille : 9 873 200Volume : +0.41 %Capi échangé : 55 231 M€Capi. :

Axa : Zurich Insurance renonce à racheter RSA, dont le titre chute

Marché : Zurich Insurance renonce à son offre sur RSAMarché : Zurich Insurance renonce à son offre sur RSA

par John Miller et Carolyn Cohn

ZURICH (Reuters) - Zurich Insurance a renoncé lundi à son projet d'offre de 5,6 milliards de livres (7,7 milliards d'euros) sur l'assureur britannique RSA en raison d'une dégradation de ses résultats à la suite de la catastrophe de Tianjin, en Chine.

L'annonce fait chuter l'action RSA de plus de 20% à la Bourse de Londres.

Un jour avant que la législation britannique ne l'oblige à déposer une offre formelle sur RSA, le groupe suisse a dit anticiper une perte opérationnelle de 200 millions de dollars (177 millions d'euros) au troisième trimestre, ajoutant que, au lieu de mettre la main sur son concurrent britannique, il allait se concentrer sur l'amélioration de ses performances dans l'assurance-dommage.

RSA, qui suit un programme de redressement de ses activités sous la houlette de l'ancien directeur général de Royal Bank of Scotland Stephen Hester, a tenu à préciser que Zurich, lors de l'examen de ses livres de comptes, n'avait rien trouvé susceptible de remettre en cause son offre de 550 pence par action.

Le groupe, dont la marque la plus connue en Grande-Bretagne est "MoreThan", a également souligné que ses activités des mois de juillet et d'août avaient été positives.

Mais cela n'empêche le titre RSA de chuter vers 09h30 GMT de 20,09% à 407,1 pence, se retrouvant ainsi à un niveau inférieur de 7% à son cours de clôture du 27 juillet, soit un jour avant que Zurich n'annonce son intérêt pour le groupe. De son côté, l'action Zurich Insurance perd 1,14% à 259,10 francs sur le marché suisse.

Après avoir annoncé fin juillet réfléchir à une offre sur RSA, Zurich Insurance avait dévoilé un mois plus tard sa proposition qui, si elle avait abouti, aurait représenté une des plus importantes opérations de concentration du secteur européen de l'assurance.

"Avec la récente détérioration des performances de trading du groupe dans ses activités d'assurance-dommage, Zurich a mis un terme aux discussions relatives à une possible offre sur RSA", note l'assureur dans un communiqué.

"Etant donné la détérioration de la rentabilité (...) le directeur générel Kristof Terryn mène une revue approfondie de l'activité", souligne Zurich.

IMPACT DE TIANJIN

Vers la mi-août, des explosions dans le terminal de conteneurs du port de Tianjin, dans le nord-est de la Chine, ont fait plus de 100 morts. Le coût pour les assureurs de la catastrophe pourrait être compris entre un et 1,5 milliard de dollars.

Zurich Insurance a fait état lundi de pertes cumulées de 275 millions de dollars liées à la catastrophe de Tianjin, ajoutant que le coût définitif restait encore incertain.

L'assureur a également récemment mené à bien une étude de ses réserves susceptible de montrer un impact négatif de quelque 300 millions de dollars dans le domaine de l'automobile aux Etats-Unis et dans d'autres segments d'activité.

Zurich Insurance note que la rentabilité inférieure aux attentes de l'activité assurance-dommage constatée sur le premier semestre devrait encore caractériser le troisième trimestre.

L'assureur suisse a néanmoins réaffirmé ses objectifs financiers pour la période 2014-2016, tablant sur un rendement opérationnel des capitaux propres, après impôts, compris entre 12 et 14%.

Une porte-parole du groupe a par la suite déclaré que le niveau de ce rendement était plutôt susceptible de se situer dans le bas de cette fourchette.

Elle a également dit que Zurich restait à l'affût d'acquisitions et qu'une cession des activités d'assurance-dommage n'était pas à l'ordre du jour, étant donné que nombre de celles-ci restaient profitables.

RSA, qui a renoué avec les bénéfices en 2014 après une perte en 2013 et qui a dégagé sur le premier semestre un résultat supérieur aux attentes, a souligné ne pas s'être mis en vente et noté qu'il était confiant au sujet de ses perspectives.

Un durcissement de la régulation du secteur de l'assurance et une intensification de la concurrence ont déclenché une série de rapprochements ces derniers temps.

Allianz et Axa ont cependant laissé entendre qu'ils n'étaient pas intéressés par un rachat de RSA. L'investisseur activiste Cevian Capital, premier actionnaire de RSA avec une part de 13%, s'est refusé à tout commentaire à ce stade.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...