Bourse > Auplata > Auplata : Va recourir à des procédés chimiques
AUPLATAAUPLATA ALAUP - FR0010397760ALAUP - FR0010397760
0.980 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris
1.000 €Ouverture : -2.00 %Perf Ouverture : 1.000 €+ Haut : 0.980 €+ Bas :
0.980 €Clôture veille : 23 440Volume : +0.04 %Capi échangé : 53 M€Capi. :

Auplata : Va recourir à des procédés chimiques

tradingsat

(CercleFinance.com) - Auplata fait ce matin un rapport d'étape sur sa stratégie : en dépit de la volatilité du prix de l'or, ses prix de vente se maintiennent à des niveaux records et sa production progresse. Mais l'amélioration de sa rentabilité demeure insuffisante aux yeux de la direction, à cause notamment des procédés gravimétriques et de celui utilisant le thiosulfate de sodium. Le groupe veut maintenant recourir au traitement chimique du minerai privilégié dans l'industrie, comme la cyanuration.

En Bourse de Paris, le titre goûte peu de cette annonce. A l'ouverture ce matin, l'action Auplata chute de 4,8% à 2,6 euros.

Rassurant, l'exploitant minier aurifère de Guyane française rappelle qu'en dépit de la correction des cours de l'or en septembre,”le prix de vente moyen de l'or produit par Auplata au cours des mois écoulés n'a jamais été aussi élevé.

Si la production croît, le groupe déplore cependant “une augmentation importante des charges d'exploitation” comme la sécurité et le gardiennage, produits pétroliers... Auplata estime que la rentabilité de ses opérations “progresse à un rythme jugé insuffisant”. Le procédé gravimétrique d'extraction de l'or procure des rendements économiques “insuffisants” et est jugé “incertain”.

“La stratégie industrielle qui doit assurer une rentabilité durable pour l'entreprise ne peut en effet reposer sur des niveaux de cours de l'or qui ne se maintiendront peut être pas sur le long terme”, indique Auplata.

En conséquence, le groupe suspend le projet de nouvelle usine au thiosulfate de sodium sur la mine de Dieu Merci. Le premier bilan est effectivement défavorable : le coût de construction de l'usine s'annonce entre 7 et 8 millions d'euros et son fonctionnement seraient nettement plus coûteux que prévu. “La réactivation de ce projet pourrait être envisagée si les coûts de l'énergie nécessaires à l'usine devenaient équivalents à ceux pratiqués en France métropolitaine”, indique cependant le groupe.

Au final, Auplata estime maintenant “légitime d'envisager de déposer des demandes d'autorisation pour la mise en oeuvre de techniques de récupération chimiques moins coûteuses, plus efficientes et intrinsèquement plus rentables que le procédé au thiosulfate de sodium.”

“La cyanuration, technique chimique répandue et couramment employée par les grands acteurs miniers mondiaux permettrait de concevoir une exploitation durablement rentable et moins dépendante des variations de l'or ou des contraintes économiques de Guyane française”, estime le mineur qui va donc lancer des démarches en ce sens auprès des autorités.

A moyen terme, le groupe affiche également sa confiance dans le potentiel aurifère de la Guyane française, “où aucune exploitation de l'or primaire profond n'a encore été mise en oeuvre.” Son portefeuille d'actifs dans cette région en fait aussi un partenaire de choix pour les acteurs étrangers intéressés par le développement conjoint de sites miniers. L'accord signé fin juin avec le nord-américain Colombus Gold est en la preuve, et d'autres conventions de ce type “sont à l'étude”.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...