Bourse > Atari > Atari : Offres fermes pour les actifs du groupe attendues "dans les semaines à venir"
ATARIATARI ATA - FR0010478248ATA - FR0010478248
0.180 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris
0.190 €Ouverture : -5.26 %Perf Ouverture : 0.200 €+ Haut : 0.180 €+ Bas :
0.180 €Clôture veille : 1 376 220Volume : +0.60 %Capi échangé : 41 M€Capi. :

Atari : Offres fermes pour les actifs du groupe attendues "dans les semaines à venir"

tradingsat

(Tradingsat.com) - Atari a fait le point mercredi matin sur sa situation et l'avancement de la procédure de Chapter 11 aux Etats-Unis de ses filiales américaines. L'éditeur de jeux vidéo indique que la situation du groupe en France "a été stabilisée". Plus précisément, "l'activité d`Atari en France est maintenue mais se limite essentiellement au suivi de la procédure, et la liquidation d'Eden Games initiée le 29 janvier 2013 se poursuit".

Le groupe précise qu'il disposait au 31 mars 2013 d'une trésorerie de l'ordre de 1,5 million d'euros, qui devrait lui permettre de faire face à ses obligations financières jusqu'au 25 juillet 2013 (hors remboursement du Contrat de Crédit) et ainsi de suivre la procédure américaine sur cette période.

Afin de permettre à la société de rembourser les sommes dues au titre du contrat de crédit de 21,4 millions d'euros et de poursuivre si possible son activité après le 25 juillet 2013, "des cessions d`actifs effectuées dans le cadre de la procédure aux Etats-Unis sont incontournables", prévient Atari.

Le périmètre et les prix de cession seront déterminés dans le cadre de la procédure sous le contrôle ultime du juge américain des faillites.

Ainsi, "l'issue de la procédure, qui doit également recueillir l'accord des créanciers américains, aura une importance déterminante pour Atari et ses actionnaires". Le groupe ajoute que "les options éventuelles de poursuite de l'activité pourront alors être appréciées en fonction des actifs restants, le cas échéant, de leur potentiel et des moyens financiers disponibles".

Concernant la procédure de Chapter 11 aux Etats-Unis, Atari rappelle qu'au 21 janvier 2013, les filiales américaines n'avaient pas les ressources suffisantes pour désintéresser les créanciers américains, rembourser le contrat de crédit et financer une réorganisation de l'activité.

Or, "cette situation reste aujourd'hui inchangée". Ainsi, l'option retenue par les filiales américaines dans le cadre de la Procédure est celle des offres par enchères auprès de tiers pour tout ou partie des actifs américains, selon le code des faillites américain. Ces actifs forment l'essentiel des actifs du groupe Atari.

S'agissant de la procédure de soumission des offres, la prochaine étape est la remise d'offres fermes par des tiers. La maison mère Atari SA n'aura pas le pouvoir de les accepter ou de les rejeter. En effet, en raison du droit américain des faillites, de l'indépendance des parties à la procédure et des pouvoirs attribués au tribunal, Atari SA dispose d'une influence limitée sur les décisions prises dans le cadre de la restructuration de ses filiales ainsi que sur le calendrier d`avancement.

Atari précise que "les acheteurs potentiels incluent des acteurs financiers et des acteurs stratégiques, professionnels des jeux vidéo ou autres". Ceux-ci ont signé un accord de confidentialité leur donnant accès à une data room constituée par les filiales américaines pour les besoins de due diligence sur les actifs concernés.

Alors que "les discussions et négociations entre les filiales américaines et les acheteurs potentiels sont toujours en cours", "les filiales américaines anticipent que ces négociations aboutiront à des offres fermes par les acheteurs potentiels dans les semaines à venir".

A la réception de celles-ci, les filiales américaines demanderont au tribunal de valider la procédure d'enchères, les étapes ainsi que les règles de sélection des offres et des éventuelles enchères.

Les perspectives pour Atari et ses actionnaires dépendront donc de l'issue de la procédure et des produits retirés de la cession de tout ou partie des actifs, nets de tous les frais juridiques et transactionnels, frais de personnels et autres frais d'exploitation approuvés par le Tribunal américain dans le cadre de la procédure et après désintéressement des créanciers, notamment le remboursement du DIP Financing de 5 millions de dollars maximum et du contrat de crédit de 21,4 millions d'euros.

Face à la complexité et aux aléas de la procédure, la société indique qu'elle "n'est pas en mesure à ce stade de solliciter la reprise de la cotation des titres Atari sur le marché de NYSE Euronext Paris". Le marché et les actionnaires seront informés d'une éventuelle reprise de cotation avec un préavis de 48 heures.

Pour conclure, Atari souligne qu' "aucune garantie ne peut être donnée à ce stade en ce qui concerne le potentiel de recouvrement pour les actionnaires existants".


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...