Bourse > Arkema > Arkema : Arkema confirme ses objectifs 2011
ARKEMAARKEMA AKE - FR0010313833AKE - FR0010313833
93.530 € -1.68 % Temps réel Euronext Paris
94.810 €Ouverture : -1.35 %Perf Ouverture : 95.530 €+ Haut : 93.300 €+ Bas :
95.130 €Clôture veille : 254 830Volume : +0.34 %Capi échangé : 7 059 M€Capi. :

Arkema : Arkema confirme ses objectifs 2011

tradingsat

PARIS (Reuters) - Arkema a confirmé mercredi prévoir pour 2011 une hausse de l'ordre de 30% de son Ebitda, à plus d'un milliard d'euros, malgré le contexte économique incertain, mais le titre, très volatil, n'a pas résisté au retournement à la baisse des marchés financiers.

Après un troisième trimestre marqué par une hausse du chiffre d'affaires imputable aux augmentations de prix et à l'acquisition des résines de Total, le numéro un français de la chimie a prévenu que la saisonnalité traditionnelle de fin d'année, moins marquée au quatrième trimestre 2010, devrait être de retour en cette fin 2011.

"Cette saisonnalité devrait être renforcée par la prudence accrue des clients dans la gestion de leur niveau de stocks de fin d'année compte tenu du contexte macroéconomique plus incertain et d'hypothèses de croissance plus basses aux Etats-Unis et en Europe", explique-t-il dans un communiqué.

Le PDG Thierry Le Hénaff a dit, lors d'une conférence téléphonique, avoir "une énorme confiance" dans les objectifs du groupe pour 2015, qui ont été fixés en novembre 2010, à savoir une amélioration d'environ un tiers de l'Ebitda et du chiffre d'affaires, soutenu par l'innovation.

Arkema, scindé de Total en 2006, compte sur la croissance rapide des pays émergents - notamment en Asie où il compte désormais réaliser 25% de son chiffre d'affaires en 2015 contre 23% fixé il y a un an - et des acquisitions ciblées.

Arkema, qui a également annoncé le rachat d'une gamme de spécialités chimiques de la société Seppic, envisage d'autres petites et moyennes acquisitions, de 50 à 250 millions d'euros de chiffre d'affaires en fonction des opportunités de marché, a précisé Thierry Le Hénaff.

Il s'est en revanche montré plus prudent pour 2012, jugeant prématuré de se risquer à une quelconque prévision.

"On n'a pas plus ni moins de visibilité que quiconque. Pour 2012, il y a des éléments positifs et des éléments plus incertains, on va se concentrer sur notre dynamique interne qui est extrêmement forte et on saura s'adapter dans tout environnement qui soit très positif ou moins positif", a-t-il dit.

BONNE RÉSISTANCE DES POLYMÈRES TECHNIQUES

Après avoir ouvert en hausse de plus de 5%, l'action, très volatile, est passée dans le rouge avec l'ensemble du marché en milieu de matinée. A 11h40, elle perdait 6,44% à 47,025 euros.

Malgré des résultats jugés supérieurs aux attentes par les analystes et des prévisions rassurantes pour 2011, le titre sous-performe toutefois l'indice paneuropéen des valeurs de la chimie, qui cède 1,89% et le CAC 40 qui recule de 2,5%.

Patrick Lambert, analyste à la Société générale, souligne que la principale surprise vient de la bonne résistance des polymères techniques.

"Notre thèse comme quoi Arkema avait un portefeuille qui résisterait mieux quel que soit le scénario de 2012 est confirmé par cette tendance de plus de résilience dans les applications à haute valeur ajoutée des polymères techniques", note-t-il.

Le consensus I/B/E/S Thomson Reuters anticipe un Ebitda de 1,031 milliard d'euros pour 2011, mais avec une baisse à 913 millions en 2012.

La croissance du chiffre d'affaires (+19% à 1,85 milliard d'euros) est en effet intégralement le fruit des fortes augmentations des prix de vente et de l'intégration des résines de spécialités de Total depuis le 1er juillet.

Ces deux paramètres permettent au groupe de compenser une baisse de 3,7% des volumes sur la période, imputable à un comparatif défavorable et à un marché de la construction européen difficile pour le PVC.

Thierry Le Hénaff s'est montré confiant dans la capacité du groupe à continuer à répercuter les hausses des coûts des matières premières au quatrième trimestre.

Arkema, dont les produits sont utilisés notamment dans l'automobile, l'électronique et l'industrie alimentaire, a dégagé au troisième trimestre un Ebitda (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements) de 263 millions d'euros, en hausse de 7%.

Le résultat net, part du groupe, a en revanche baissé de 16% à 109 millions d'euros, reflet de l'impact exceptionnel de l'acquisition des résines de Total. En excluant 21 millions d'euros de charges retraitées correspondant à cette opération, le résultat net courant du groupe ressort à 130 millions d'euros sur la période, en hausse de 2% d'une année sur l'autre.

Le concurrent belge Solvay, qui a racheté le français Rhodia en septembre, a dit fin octobre s'attendre à un ralentissement progressif de la demande, mais a maintenu ses perspectives annuelles de résultats, la hausse de ses prix ayant contribué à compenser le renchérissement des coûts de l'énergie au troisième trimestre.

Gilles Guillaume et Cyril Altmeyer, avec Blaise Robinson, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...