Bourse > Areva ci > Areva ci : Areva prêt à concurrencer atmea 1 avec les chinois
Areva CiAreva Ci CEI - FR0004275832CEI - FR0004275832
11.740 € +0.45 %
11.870 €Ouverture : -1.10 %Perf Ouverture : 11.740 €+ Haut : 11.470 €+ Bas :
11.880 €Clôture veille : 10 973Volume : -Capi échangé : -Capi. :

Areva ci : Areva prêt à concurrencer atmea 1 avec les chinois

tradingsat

par Benjamin Mallet et Caroline Jacobs

PARIS (Reuters) - Areva est prêt à envisager un nouveau réacteur franco-chinois de 1.000 mégawatts (MW) qui serait développé sur les mêmes bases que son modèle actuel d'Atmea 1 quitte à concurrencer celui-ci, a déclaré Claude Jaouen, directeur de l'activité réacteurs et services du groupe public.

Un accord sur le sujet avec les opérateurs EDF et le chinois CGNPC, pour lequel Areva souhaite une décision avant la fin 2012, devra toutefois passer impérativement par un accès au marché chinois, a-t-il ajouté.

Conçu par Areva et le japonais Mitsubishi Heavy Industries à partir de l'EPR - le réacteur vedette de 1.650 MW estimé à six milliards d'euros en France -, l'Atmea vise à répondre aux besoins de pays dont le réseau n'accepte pas de fortes puissances et à ceux qui affichent leur préférence pour des modèles de puissances moyenne, donc moins coûteux.

Ce modèle est en lice avec le réacteur du russe Atomstroyexport pour la construction d'une première centrale nucléaire d'une puissance de 1.000 mégawatts en Jordanie, un dossier sur lequel Areva espère une décision finale de technologie d'ici à la fin de l'année.

"Si le nouveau produit ou si l'évolution du produit que l'on trace correspond à une ouverture claire du marché chinois, à un retour industriel sérieux pour nous et à l'aval de deux grands opérateurs qui s'appellent EDF et CGNPC, je n'ai aucun état d'âme à 'cannibaliser' Atmea 1, et MHI non plus. Ça se mesurera en termes de marché, d'ouverture et de retour pour nous", a déclaré Claude Jaouen lors d'un entretien accordé à Reuters.

"LE MOINS CHER POSSIBLE"

"Les choses doivent être claires d'ici à la fin de l'année. Il n'y a pas le choix : entre-temps, le programme chinois sera probablement en train d'être annoncé ou aura été annoncé. Après, on y est ou on n'y est pas. On est en train de vivre des moments importants et il faut qu'on ait impérativement fixé notre stratégie définitive sur le sujet (...) d'ici à la fin de l'année", a-t-il ajouté.

Pour le directeur de l'activité réacteurs et services, l'accès au marché chinois est "un impératif" qui permettrait au groupe public de rattraper une partie de son retard sur l'AP1000 de Westinghouse, filiale de Toshiba, choisi par la Chine en 2006 comme modèle de 3ème génération de référence.

Le marché chinois est d'autant plus crucial pour Areva qu'il devrait représenter près de la moitié des quelque 300 gigawatts de nouvelles constructions nucléaires que le groupe prévoit d'ici à 2030 dans le monde.

"Au départ EDF était relativement défavorable à l'Atmea 1, de manière très claire. Il y aujourd'hui des solutions techniques sur lesquelles on converge et qui sont des solutions qu'on a retenues pour Atmea 1", a également déclaré Claude Jaouen, précisant que les discussions avec l'électricien public portaient notamment sur les coûts du nouveau modèle envisagé.

"(L'objectif d'EDF) est de ne pas se faire piéger par l'évolution des contraintes en termes de sûreté et d'avoir des réponses les plus simples possible, de manière à rester sur une réalisation du réacteur qui coûte le moins cher possible."

Claude Jaouen a en outre indiqué que des Atmea pourraient faire partie des quelque dix commandes de réacteurs visées par Areva sur la période 2012-2016 dans le cadre de son plan stratégique.

Le groupe discute notamment avec le Vietnam, la Malaisie et le Brésil en vue de leur vendre son nouveau modèle de réacteur, a-t-il ajouté, précisant qu'il attendait un choix de technologie de la part du Vietnam en 2013.

Edité par Marc Angrand

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...