Bourse > Areva ci > Areva ci : Areva ne compte pas supprimer de postes en france, dit baroin
Areva CiAreva Ci CEI - FR0004275832CEI - FR0004275832
11.740 € +0.45 %
11.870 €Ouverture : -1.10 %Perf Ouverture : 11.740 €+ Haut : 11.470 €+ Bas :
11.880 €Clôture veille : 10 973Volume : -Capi échangé : -Capi. :

Areva ci : Areva ne compte pas supprimer de postes en france, dit baroin

Areva ne compte pas supprimer de postes en france, dit baroinAreva ne compte pas supprimer de postes en france, dit baroin

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Le plan stratégique en cours d'élaboration chez Areva n'entraînera aucune suppression de poste sur les sites français du groupe, a déclaré mardi le ministre de l'Economie François Baroin.

Le spécialiste public du nucléaire avait démenti "catégoriquement" lundi soir des informations de l'Agence France Presse selon lesquelles son nouveau plan, attendu à la mi-décembre, prévoirait 2.700 à 2.900 suppressions emplois, dont 1.000 à 1.200 en France.

A la suite de ce démenti, François Baroin a reçu mardi après-midi le président du directoire d'Areva, Luc Oursel, qui a selon le ministre confirmé l'absence de projet de suppression de postes sur les sites français.

"Il n'y aura pas d'impact, c'est la ligne que souhaite l'Etat, il n'y aura aucune décision qui considérera l'emploi comme une variable d'ajustement, quel que soit l'impact de l'activité économique mondiale ralentie", a déclaré François Baroin à des journalistes, à l'issue de sa rencontre avec Luc Oursel.

Le président d'Areva, a-t-il ajouté, a précisé que le plan stratégique du groupe n'entraînerait "aucune suppression de poste, aucun plan de départ volontaire, aucun impact sur les sites français".

Le gouvernement écartait jusqu'à présent la perspective de suppressions d'emplois, ce qui laissait la possibilité à des départs volontaires ou des suppressions de postes par non remplacement de départs.

L'Etat contrôle, directement ou indirectement, près de 87% du capital d'Areva.

REPORT D'INVESTISSEMENTS

En octobre, Le Figaro écrivait que le plan stratégique d'Areva, élaboré pour tenir compte de l'impact de la catastrophe nucléaire japonaise de Fukushima sur son activité, pourrait se traduire par 3.000 à 4.000 suppressions d'emplois.

La semaine dernière, l'hebdomadaire allemand Der Spiegel rapportait de son côté qu'Areva envisageait de supprimer 1.300 postes en Allemagne en réaction à la décision de Berlin de sortir du nucléaire d'ici à 2022.

"Un certain nombre de pays ont fait des choix qui ne sont pas ceux que le président de la République a voulus pour notre pays, c'est-à-dire une remise en cause de la programmation nucléaire", a constaté François Baroin, sur France 2 en début de matinée.

"C'est incontestable que, pour Areva, ça aura des conséquences, mais pour un pays comme le nôtre, qui ne remet pas en cause sa politique nucléaire (...), il ne saurait y avoir un impact sur l'emploi."

La catastrophe de Fukushima, au Japon, a conduit le gouvernement allemand à annoncer fin mai sa décision de fermer les 17 réacteurs nucléaires du pays d'ici 2022.

En Belgique, les principaux partis politiques se sont mis d'accord le mois dernier pour fermer sous conditions d'ici 2015 les deux centrales nucléaires encore en activité dans le pays.

Areva compte près de 48.000 salariés, dont 30.000 en France et 5.700 en Allemagne.

Nommé en juin pour remplacer Anne Lauvergeon à la tête d'Areva, Luc Oursel a d'ores et déjà prévenu que le groupe pourrait décaler certains investissements pour s'adapter au contexte de l'après-Fukushima, et qu'un redressement de ses finances était "impératif".

Il a également déclaré en octobre à la presse allemande qu'Areva envisageait d'arrêter certaines activités outre-Rhin.

Avec Marc Angrand et Jean-Baptiste Vey, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...