Bourse > Areva > Areva : Réagit aux informations du Canard Enchaîné
AREVAAREVA AREVA - FR0011027143AREVA - FR0011027143
4.613 € +0.50 % Temps réel Euronext Paris
4.600 €Ouverture : +0.28 %Perf Ouverture : 4.700 €+ Haut : 4.600 €+ Bas :
4.590 €Clôture veille : 52 712Volume : +0.01 %Capi échangé : 1 768 M€Capi. :

Areva : Réagit aux informations du Canard Enchaîné

tradingsat

(CercleFinance.com) - Areva a réagit hier soir aux informations de presse parues dans l'hebdomadaire le Canard Enchaîné, qui affirme dans sa dernière édition que le groupe “savait depuis neuf ans qu'un sérieux problème risquait de compromettre la solidité du coeur de plusieurs réacteurs, dont celui de l'EPR de Flamanville” et notamment le couvercle de la cuve du réacteur.

A la Bourse de Paris ce matin, l'action Areva se tasse de 0,3% à 7,3 euros, ce qui constitue un nouveau plus bas depuis 2011.

Selon l'article, des études menées par Areva à partir de 2006, et évoquées dans deux notes internes datées de janvier 2010, “mettent en évidence, sur certaines zones (du couvercle en acier de la cuve du réacteur, ndlr), une concentration de carbone qui atteint deux fois la norme admise. Un défaut qui pourrait rendre cette pièce plus cassante et incapable de résister à des pressions trop fortes”, écrit le Canard Enchaîné.

Or jusqu'alors, Areva déclarait à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) que ce défaut avait été mis au jour en 2014.

Cette nouvelle pourrait, éventuellement, conduire l'ASN à contraindre Areva “à tout recommencer” du chantier de Flamanville pour ce qui est du fameux couvercle, entraînant de nouvelles pertes pour Areva (le Canard parle de “centaines de millions” d'euros). Or la facture de l'EPR de Flamanville est déjà passée de 3,2 à 9 milliards d'euros. Sans parler de la complication de la reprise de la branche Réacteurs et services d'Areva par EDF qui pourrait s'ensuivre.

Réagissant à ces informations de presse, Areva affirme que “deux mesures de teneur en carbone ont été réalisées en 2007 sur des copeaux de la pièce forgée (du fameux couvercle, ndlr). Ces deux mesures avaient pour objet, durant une phase intermédiaire de la fabrication, de vérifier l'orientation de la pièce dans le lingot d'acier, pas de vérifier les teneurs en carbone d'une zone jugée alors sans risque”. Le groupe déclare aussi que ces résultats ont été communiqués aux pouvoirs publics en 2008.

Areva rappelle aussi qu'il a mandaté un expert indépendant sur les pratiques industrielles du site du Creusot, où la pièce en question a été forgée. L'étude est en cours et “permettra notamment de déterminer si la culture qualité a été prise en défaut dans l'analyse des conséquences des résultats obtenus sur les copeaux de la cuve en 2007”, écrit Areva.

Toujours en réponse à l'article du Canard Enchaîné, Areva affirme enfin que “seuls les résultats de tests réalisés en 2014 ont permis de conclure à une teneur en carbone nécessitant des études complémentaires. Ces résultats ont été communiqués aux autorités dès la fin des analyses, puis rendus publics”.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...