Bourse > Arcelormittal > Arcelormittal : Sombres prévisions 2015 pour ArcelorMittal, mais l'action monte
ARCELORMITTALARCELORMITTAL MT - LU0323134006MT - LU0323134006
7.883 € +4.98 %
7.690 €Ouverture : +2.51 %Perf Ouverture : 7.910 €+ Haut : 7.650 €+ Bas :
7.509 €Clôture veille : 28 256 500Volume : +1.70 %Capi échangé : 13 128 M€Capi. :

Arcelormittal : Sombres prévisions 2015 pour ArcelorMittal, mais l'action monte

Arcelormittal anticipe un Ebitda 2015 très en-deça des attentesArcelormittal anticipe un Ebitda 2015 très en-deça des attentes

par Robert-Jan Bartunek

BRUXELLES (Reuters) - ArcelorMittal, le premier producteur mondial d'acier, a annoncé vendredi s'attendre à une baisse de ses profits cette année mais a surpris les investisseurs en affichant une réduction de sa dette, au plus bas depuis sa création en 2006.

Le groupe, qui produit à lui seul environ 6% de la totalité de l'acier consommé dans le monde, prévoit pour 2015 un bénéfice avant impôt, charges financières, dépréciation et amortissement (Ebitda) de 6,5 à 7,0 milliards de dollars (5,7 à 6,1 milliards d'euros), donc en dessous des 7,2 milliards de 2014.

Ce recul devrait être le fait de la dégradation des résultats de ses activités minières et du ralentissement de la croissance du marché de l'acier par rapport à l'an dernier.

Onze analystes financiers interrogés par Reuters prévoyaient jusqu'à présent en moyenne un Ebitda 2015 en hausse à 7,4 milliards de dollars.

En Bourse, l'action ArcelorMittal a débuté la séance en net recul mais elle est rapidement repassée dans le vert et gagnait 2,20% à 9,317 euros à 10h55 GMT. Des investisseurs saluent la réduction de l'endettement net, interprétée comme une preuve de la capacité du groupe à maîtriser son bilan.

"Les gens étaient conscients de la baisse du prix du minerai de fer mais la baisse de la dette est une bonne surprise", a commenté Jaap Kuin, analyste chez ING.

ArcelorMittal, dont Standard & Poor's a récemment abaissé la note de crédit de BB+ à BB, a réduit son endettement net de deux milliards de dollars au quatrième trimestre, à 15,8 milliards, son plus bas niveau depuis le rachat d'Arcelor par Mittal Steel il y a bientôt neuf ans.

Le groupe a réaffirmé viser un endettement net de 15 milliards à moyen terme.

LE DÉSTOCKAGE VA PESER SUR LE MARCHÉ AMÉRICAIN

Le groupe, considéré un bon baromètre de la santé de l'économie mondiale, a aussi dit tabler sur une demande mondiale d'acier en hausse de 1,5 à 2% cette année, contre environ 2,5% en 2014.

Aux Etats-Unis, son deuxième débouché, la demande pourrait même baisser de 1%, a-t-il précisé.

Le directeur financier, Aditya Mittal, a souligné lors d'une conférence téléphonique que les clients américains d'ArcelorMittal avaient fortement augmenté leurs stocks l'an dernier.

"Cela a conduit nos clients à réduire leurs stocks et quand c'est le cas, cela a un impact défavorable sur la demande", a-t-il dit.

L'Ebitda des activités minières du groupe a par ailleurs chuté de plus de moitié au quatrième trimestre, à 232 millions de dollars, contre 582 millions sur la même période en 2013.

Après avoir baissé de 47% l'an dernier, les prix du minerai de fer ont perdu encore 13% depuis le début de l'année, dans un contexte d'offre abondante face à une demande en baisse, notamment en Chine, où la consommation d'acier a diminué pour la première fois depuis 1981.

ArcelorMittal estime néanmoins que le marché chinois recèle encore des opportunités de croissance.

"Sur le moyen et le long terme, nous croyons encore à un potentiel formidable en Chine. Je crois qu'il est trop tôt pour dire que l'acier a atteint un pic en Chine", a dit Aditya Mittal.

Même si ArcelorMittal est relativement peu présent en Chine, la demande chinoise a une forte influence sur les prix mondiaux de l'acier, donc sur ses résultats.

Aditya Mittal s'est par ailleurs refusé à toute spéculation sur l'évolution des cours du minerai de fer. Le groupe brésilien Vale prévoit pour sa part qu'il évoluera entre 70 et 79 dollars la tonne au deuxième trimestre.

ArcelorMittal estime qu'un tiers de la baisse des prix du minerai de fer sera compensée par une réduction des coûts et une augmentation des volumes de production.

Son chiffre d'affaires a baissé de 0,2% en 2014, à 79,3 milliards de dollars.

(Juliette Rouillon et Marc Angrand pour le service français, édité par Benoit Van Overstraeten)

Copyright © 2015 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...