Bourse > Arcelormittal > Arcelormittal : Nexans fait appel de l'amende de Bruxelles
ARCELORMITTALARCELORMITTAL MT - LU0323134006MT - LU0323134006
7.681 € -5.66 %
8.080 €Ouverture : -4.94 %Perf Ouverture : 8.104 €+ Haut : 7.681 €+ Bas :
8.142 €Clôture veille : 25 380 500Volume : +1.52 %Capi échangé : 12 792 M€Capi. :

Arcelormittal : Nexans fait appel de l'amende de Bruxelles

Nexans fait appel de l'amende de BruxellesNexans fait appel de l'amende de Bruxelles

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Nexans, qui a vu son chiffre d'affaires augmenter de près de 4% au premier trimestre en croissance organique, a confirmé mardi ses objectifs financiers pour 2014 et 2015 et a décidé de faire appel de l'amende que lui a infligée la Commission européenne pour entente dans le secteur du câble.

Lors d'un entretien à Reuters, le PDG du fabricant français de câbles, Frédéric Vincent, dont la gestion de Nexans est critiquée par le fonds britannique Amber Capital, a en outre rejeté l'idée qu'il soit écarté de la présidence et de la direction de l'entreprise.

A neuf jours d'une assemblée générale, qui promet d'être mouvementée, le patron de Nexans explique que le groupe a déjà renforcé sa gouvernance avec notamment l'arrivée l'an dernier d'Arnaud Poupart-Lafarge, ancien dirigeant d'Usinor et d'ArcelorMittal, au poste de directeur général délégué.

"Au moment où la société est engagée dans une phase de restructuration et de transformation et qu'elle s'est dotée des moyens pour le mettre en oeuvre, on ne change pas de cheval au milieu du gué", a ainsi déclaré Frédéric Vincent qui a été confirmé à son poste par le conseil d'administration en février.

Amber Capital, qui tente depuis l'an dernier d'obtenir l'éviction de Frédéric Vincent, veut soumettre aux actionnaires de Nexans une résolution sur la séparation des fonctions de président et de directeur général lors de l'AG du 15 mai.

Cette résolution lui permettrait d'écarter du conseil d'administration l'actuel PDG du groupe français.

"La séparation des fonctions n'est pas un gage de meilleur fonctionnement", réagit Frédéric Vincent. "Nous nous sommes renforcés dans notre gouvernance avec l'arrivée d'Arnaud Poupart-Lafarge. Par ailleurs, la société s'est dotée d'un comité stratégique qui lui permet de surveiller régulièrement l'avancée du plan stratégique qui amène à nos objectifs 2015."

"Renforcement et contrôle, voilà la réponse à Amber sur la question de la séparation des pouvoirs", ajoute le PDG du numéro deux européen du câble.

PAS D'ACQUISITIONS

Le fonds britannique, qui détient 3,70% du capital du groupe français d'après les données Thomson Reuters, estime qu'au cours de ces dernières années, Nexans s'est fait de plus en plus distancer par son principal concurrent, le groupe italien Prysmian.

Le groupe français, qui a accusé en 2013 une perte de plus de 300 millions d'euros, compte sur son plan de restructuration et l'augmentation de capital de 284 millions d'euros lancée à l'automne dernier pour redresser la barre.

"(Le plan de restructuration) va nous amener à combler une grande partie de notre écart de compétitivité avec ce concurrent", souligne Frédéric Vincent, qui rappelle que le rachat en 2010 du néerlandais Draka, également convoité à l'époque par Nexans, a permis à Prysmian de devenir leader mondial du secteur du câble.

Pour l'heure, l'entreprise, détenue à environ 26% par le groupe chilien Quinenco-Invexans et à près de 8% par la BPI, exclut de procéder à des acquisitions pour se concentrer sur la réorganisation de ses activités qui passe par la suppression de 468 postes et la recherche de 40 millions d'euros d'économies dans les charges fixes.

"Ce n'est pas la question du jour (...) Il faut réussir notre plan", répond Frédéric Vincent à d'éventuelles acquisitions.

Parmi ses objectifs, Nexans a prévu d'atteindre en 2015 une marge opérationnelle de 5,1% à 5,7% à cours de métaux constants.

D'AUTRES ENQUÊTES EN COURS

Pour le premier trimestre, le groupe a fait état ce jour d'un chiffre d'affaires en hausse de 3,8% en croissance organique à 1,10 milliard d'euros. En intégrant les effets de change, les revenus ont reculé de 5,5% sur les trois premiers mois de l'année.

"Aujourd'hui, l'activité est en ligne avec nos attentes", indique le PDG de Nexans. "Je n'ai aujourd'hui aucune raison de remettre (les objectifs) en cause."

Suite à une enquête lancée en 2009 sur une entente entre les principaux acteurs du secteur du câble électrique, la Commission européenne a infligé à Nexans et à Prysmian des amendes de respectivement 70,67 et 104,6 millions d'euros.

Cette enquête de Bruxelles avait poussé Nexans à passer une provision de 200 millions d'euros dans ses comptes en 2011 pour couvrir les risques d'amende.

"On a pris notre décision. On va faire appel", fait savoir Frédéric Vincent, avant de prévenir: "Il y a d'autres pays à venir."

Nexans rappelle que ces enquêtes ont lieu aux Etats-Unis, au Canada, en Australie, au Brésil et en Corée et qu'elles n'ont fait l'objet d'aucun provisionnement pour le moment.

Prié de dire si le groupe prévoyait d'augmenter ses provisions pour couvrir les risques liés à ces enquêtes, Frédéric Vincent a répondu que la question n'avait pas encore été traitée.

Dans un communiqué, la société indique qu'elle communiquera sur le sujet lors de la publication des résultats semestriels, le 25 juillet.

L'entreprise a déjà prévenu début avril que ces enquêtes "pourraient (...) avoir un effet défavorable significatif sur les résultats et donc la situation financière de Nexans."

(Avec Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...