Bourse > Alstom > Alstom : L'Etat juge l'offre actuelle de GE sur Alstom insuffisante
ALSTOMALSTOM ALO - FR0010220475ALO - FR0010220475
27.150 € +0.20 % Temps réel Euronext Paris
27.150 €Ouverture : 0.00 %Perf Ouverture : 27.170 €+ Haut : 26.935 €+ Bas :
27.095 €Clôture veille : 434 726Volume : +0.20 %Capi échangé : 5 964 M€Capi. :

Alstom : L'Etat juge l'offre actuelle de GE sur Alstom insuffisante

L'Etat juge l'offre actuelle de GE sur Alstom insuffisanteL'Etat juge l'offre actuelle de GE sur Alstom insuffisante

PARIS (Reuters) - L'Etat français ne peut accepter l'offre actuelle de reprise présentée par le groupe américain General Electric, qui ne porte que sur les activités d'énergie du groupe Alstom, a déclaré le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg.

"En l'état nous ne pouvons malheureusement pas souscrire aux propositions que vous avez faites, reposant sur la seule acquisition des activités d'Alstom dans le domaine de l'énergie", écrit-il dans une lettre adressée lundi au président de GE, Jeff Immelt, dont une copie a été obtenue par Reuters.

La branche énergie d'Alstom représente environ 75% du chiffre d'affaires total du groupe français, mais l'Etat s'inquiète du sort de la branche transport d'Alstom, qui fabrique les trains à grande vitesse (TGV).

"Nous ne pouvons que nous inquiéter de la séparation et de l'isolement de la branche d'Alstom spécialisée dans le transport ferroviaire, si GE s'en tenait au seul rachat de la partie énergie", observe le ministre de l'Economie.

Il demande ainsi à GE de céder à Alstom certaines de ses activités dans le transport comme les trains de fret et la signalisation, un secteur stratégique dans ce domaine d'activité.

Alstom a officialisé mercredi dernier un projet de vente à GE de ses activités dans l'énergie pour 12,35 milliards d'euros en numéraire en se donnant un mois pour conclure un accord et sans exclure néanmoins une éventuelle contre-offre de l'allemand Siemens. Il répondait ainsi aux exigences du gouvernement qui lui avait demandé de prendre le temps d'examiner d'éventuelles offres alternatives à celle de l'américain, en particulier celle de l'allemand Siemens.

Dans son courrier, Arnaud Montebourg demande également à GE de préciser ses engagements en matière d'emploi et de les garantir dans la durée.

Dans une lettre adressée fin avril à François Hollande, le président de GE s'était engagé, si son offre "était retenue, à accroître le nombre de ses emplois en France et à implanter dans l'Hexagone les siège mondiaux des activités réseaux, hydrauliques, éolien offshore et turbines vapeur.

Alstom étant une entreprise privée, l'Etat n'a guère de moyens de s'opposer directement à une décision du conseil d'administration en faveur de GE. Il tente toutefois de peser sur cette décision, en faisant valoir notamment que le groupe dépend largement des commandes publiques et qu'il dispose d'activités jugées par l'Etat stratégiques dans le nucléaire.

(Jean-Michel Bélot, édité par Wilfrid Exbrayat)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...