Bourse > Alstom > Alstom : Alstom renonce à 300 millions pour contribuer aux concessions de GE
ALSTOMALSTOM ALO - FR0010220475ALO - FR0010220475
27.700 € +2.03 % Temps réel Euronext Paris
27.145 €Ouverture : +2.04 %Perf Ouverture : 27.775 €+ Haut : 27.100 €+ Bas :
27.150 €Clôture veille : 1 275 160Volume : +0.58 %Capi échangé : 6 085 M€Capi. :

Alstom : Alstom renonce à 300 millions pour contribuer aux concessions de GE

Alstom renonce à 300 millions pour contribuer aux concessions de GEAlstom renonce à 300 millions pour contribuer aux concessions de GE

PARIS (Reuters) - Alstom a annoncé lundi qu'il contribuerait financièrement aux mesures proposées par l'américain General Electric à la Commission européenne en vue de racheter sa branche énergie en concédant une réduction de 300 millions d'euros du prix d'achat d'origine de 12,35 milliards.

Le conseil d'administration d'Alstom a accepté "à l'unanimité" cette décision censée "appuyer GE dans sa proposition d'un ensemble complet de mesures destinées à répondre aux réserves exprimées par la Commission", a précisé le groupe français dans un communiqué.

Alstom, dont Bouygues détient environ 29% du capital, a ajouté que le montant final distribué à ses actionnaires à la suite de l'opération serait en conséquence fixé dans une fourchette de 3,2 à 3,7 milliards d'euros, contre 3,5 à 4 milliards prévus auparavant.

Le groupe, qui n'a pas précisé les concessions proposées par GE, a ajouté que les parties poursuivaient "des discussions constructives avec la Commission" et qu'elles souhaitaient pouvoir finaliser l'opération "dès que possible dans les prochains mois".

Alstom avait déjà dû accepter fin 2014 de prendre en charge une amende de 772 millions de dollars (environ 700 millions d'euros) issue d'un accord avec la justice américaine dans une affaire de corruption, bien que GE se soit engagé à supporter tous les passifs et risques associés à son pôle énergie. et

Treize mois après la validation de la vente du pôle énergie d'Alstom par son conseil et par l'Etat français, en juin 2014, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron avait estimé le 21 juillet que les derniers signaux de l'enquête de Bruxelles sur cette opération étaient "plutôt rassurants".

La Commission craint une éventuelle réduction de la concurrence sur le marché des turbines à gaz consécutive à l'opération.

Elle a en principe jusqu'au 21 août pour décider ou non d'autoriser la plus importante acquisition de l'histoire de GE mais elle pourrait prolonger son enquête jusqu'à la mi-septembre, le temps d'entendre les doléances de concurrents - Siemens mais aussi l'italien Ansaldo ou des groupes japonais - et de clients d'Alstom.

(Benjamin Mallet, édité par Dominique Rodriguez)

Copyright © 2015 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...