Bourse > Alstom > Alstom : Alstom étudie une alliance avec GE dans la signalisation
ALSTOMALSTOM ALO - FR0010220475ALO - FR0010220475
25.485 € -0.74 % Temps réel Euronext Paris
25.560 €Ouverture : -0.29 %Perf Ouverture : 25.640 €+ Haut : 25.260 €+ Bas :
25.675 €Clôture veille : 540 538Volume : +0.25 %Capi échangé : 5 585 M€Capi. :

Alstom : Alstom étudie une alliance avec GE dans la signalisation

Recul des résultats et prises de commandes d'Alstom en 2013-2014Recul des résultats et prises de commandes d'Alstom en 2013-2014

par Benjamin Mallet et Natalie Huet

PARIS (Reuters) - Alstom a annoncé mercredi son intention de discuter d'une alliance dans la signalisation ferroviaire avec l'américain General Electric, déjà candidat au rachat des activités du groupe français dans l'énergie.

Le fabricant d'équipements électriques et ferroviaires, dont les résultats ont reculé au cours de l'exercice clos fin mars, a cependant souligné qu'il était nettement moins intéressé par les locomotives de fret de GE, que le gouvernement français a pourtant demandé au géant américain de céder afin de renforcer Alstom Transport. et

"Mon intérêt porte beaucoup plus sur les activités de signalisation qu'une diversification dans un métier dans lequel nous ne sommes pas", a dit le PDG d'Alstom, Patrick Kron, lors d'une conférence téléphonique.

Selon l'Etat toutefois, un renforcement d'Alstom dans la signalisation ne permet pas à lui seul d'assurer la pérennité de la branche transport.

"La signalisation (...) ça ne suffit pas", résume-t-on de source gouvernementale.

Alstom a officialisé fin avril un projet de vente à GE de ses activités dans l'énergie pour 12,35 milliards d'euros en numéraire, en se donnant un mois pour examiner l'offre ferme du groupe américain et sans exclure une contre-offensive de l'allemand Siemens, auteur jusqu'ici d'une simple déclaration d'intention.

La veille, les trois opérateurs publics de transport – RATP, Réseau Ferré de France (RFF) et SNCF - sont montés au créneau, soulignant "qu'une approche européenne" méritait toute l'attention de l'Etat et d'Alstom. Le président de Siemens a de son côté fait savoir mercredi qu'il avait discuté des risques et des avantages d'une offre avec la chancelière Angela Merkel, elle-même plutôt favorable à une opération franco-allemande, tout en soulignant qu'il ne se laisserait pas forcer la main.

Patrick Kron a déclaré que si le projet avec GE était approuvé par le conseil d'Alstom, les actionnaires du groupe français devraient être consultés "à l'automne", en septembre ou en octobre a priori.

Le PDG a aussi exprimé son souhait de mettre rapidement en oeuvre son projet de cession.

"Mon objectif, tout en assurant la sérénité, la rigueur et la transparence du 'process', c'est que celui-ci ne s'étale pas sur des durées inconsidérées parce que, à l'arrivée, c'est l'entreprise et ses salariés qui en paieraient le prix", a-t-il dit.

LES MARGES PROGRESSENT DANS LE TRANSPORT

Patrick Kron a également rappelé qu'en cas d'opération avec GE, une partie du produit de cession servirait à renforcer le bilan de la branche Transport, dont l'introduction en Bourse avait été envisagée.

"Alstom Transport est une activité compétitive, parfaitement viable sur le long terme, et nous allons simplement lui donner les moyens financiers d'accélérer son développement et sa croissance sur les marchés mondiaux."

Dans le transport, GE s'est pour le moment engagé auprès de François Hollande à étudier avec Alstom "la possibilité de créer une joint-venture avec l'activité mondiale de signalisation (...), accompagnée d'une partenariat technologique".

Alstom a vu ses marges progresser en 2013-2014 dans sa branche ferroviaire, qui fabrique des TGV, tramways, métros et trains régionaux, de même que dans le secteur Thermal Power qui produit des turbines pour les centrales électriques.

La rentabilité du groupe, pénalisé par la faiblesse persistante du marché des nouvelles centrales thermiques et un recul des avances de ses clients, s'est cependant érodée dans les énergies renouvelables et la transmission d'électricité, les deux autres activités qu'Alstom envisage de vendre.

Le groupe a également annoncé qu'il n'envisageait pas de dividende au titre de l'exercice écoulé.

Alstom a enregistré un résultat net de 556 millions d'euros (-28%) en 2013-2014, pénalisé notamment par des coûts de restructuration en hausse, un résultat opérationnel de 1.424 millions (-3%) et un chiffre d'affaires de 20.269 millions (inchangé).

CASH-FLOW LIBRE POSITIF AU S2

Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, les analystes attendaient en moyenne un résultat net de 710 millions d'euros, un résultat opérationnel de 1.230 millions et un chiffre d'affaires de 20.038 millions.

Le flux de trésorerie disponible d'Alstom, qui traduit la trésorerie générée ou utilisée par l'exploitation, est redevenu négatif à hauteur de 171 millions d'euros en 2013-2014 alors qu'il était positif de 408 millions en 2012-2013, malgré une bonne performance au second semestre (+340 millions).

Les prises de commandes ont atteint 21,5 milliards d'euros, en baisse de 10% par rapport à l'année précédente.

Au 31 mars, la dette nette du groupe s'élevait à 3 milliards d'euros, contre 2,3 milliards un an plus tôt, en raison du cash-flow libre négatif et du paiement du dividende au titre de l'année 2012-2013.

En Bourse, l'action Alstom affiche un gain limité à 0,2% vers 15h20, plusieurs analystes soulignant néanmoins que le flux de trésorerie disponible du second semestre constitue une bonne surprise.

Patrick Kron a en outre laissé entendre qu'il quitterait la direction d'Alstom si le groupe se recentrait sur le ferroviaire. La branche Transport est aujourd'hui dirigée par Henri Poupart-Lafarge.

(Avec Julien Ponthus, édité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...