Bourse > Alcatel-lucent > Alcatel-lucent : Alcatel songe de nouveau à vendre sa division Entreprise
ALCATEL-LUCENTALCATEL-LUCENT ALU - FR0000130007ALU - FR0000130007
3.500 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
3.500 €Clôture veille : -Volume : 0.00 %Capi échangé : 12 386 M€Capi. :

Alcatel-lucent : Alcatel songe de nouveau à vendre sa division Entreprise

Alcatel songe de nouveau à vendre sa division EntrepriseAlcatel songe de nouveau à vendre sa division Entreprise

par Nadia Damouni et Soyoung Kim

NEW YORK (Reuters) - Alcatel-Lucent étudie la vente de son activité de fabrication d'équipements de téléphonie pour les entreprises dans le cadre de son plan Shift visant pour un milliard d'euros de cessions d'actifs à horizon 2015, a-t-on appris de personnes au fait du dossier.

L'équipementier télécoms, qui a engagé une restructuration de ses activités sous la houlette de son nouveau dirigeant Michel Combes, a fait appel à la banque d'affaires Lazard pour l'aider à trouver un acheteur, a-t-on appris de mêmes sources cette semaine.

C'est la deuxième fois que le groupe franco-américain cherche à se séparer de cette activité. En 2011, il avait déjà cherché à vendre Entreprise mais n'avait trouvé aucun acheteur pour la totalité de la division.

Il avait fini par céder la seule partie en croissance -le spécialiste des centres d'appels et des solutions de gestion de la relation client Genesys- au fonds Permira pour 1,5 milliard de dollars (1,1 milliard d'euros).

A l'époque, les acheteurs potentiels avaient boudé la partie dédiée aux clients professionnels, rebutés par ses pertes et le niveau jugé élevé de ses effectifs en Europe.

Un porte-parole d'Alcatel n'a pas souhaité faire de commentaire sur les informations de Reuters. Un porte-parole de Lazard n'était pas joignable dans l'immédiat. Les sources ont demandé à ne pas être identifiées car les informations ne sont pas publiques.

Michel Combes a déclaré lors de la présentation des derniers résultats du groupe qu'Alcatel "travaillait activement" à des cessions d'actifs.

Le groupe a par ailleurs annoncé en début de semaine une série d'opérations financières, dont une augmentation de capital, pour un montant total d'environ 1,5 milliard d'euros, en vue de réduire sa dette. Cette initiative a conduit les agences de notation Moody's et Standard & Poor's à relever leur perspective sur la valeur.

UN DOSSIER COMPLIQUÉ

Alcatel ne donne pas de chiffres détaillés concernant les résultats de sa division Entreprise qui, selon les analystes, perd vraisemblablement de l'argent. Le groupe a seulement indiqué que ses ventes aux entreprises et aux administrations avaient représenté 959 millions d'euros l'an dernier.

Selon des personnes familières du secteur, les difficultés auxquelles la division est confrontée risquent de décourager des acteurs concurrents tels que Unify, Avaya et Mitel Networks et des sociétés de capital-investissement de formuler une offre de reprise.

Les coûts liés aux retraites constituent le principal obstacle pour un acheteur potentiel.

En outre, des concurrents tels que RingCentral et 8x8, qui fournissent davantage de services téléphoniques basés dans le "cloud", ont gagné des parts de marché et pourraient faire apparaître comme dépassés les brevets que détient la division Entreprise d'Alcatel, a expliqué l'une des sources.

Très peu d'acteurs, s'il y en a, devraient se porter acquéreurs de la totalité de la division, ont indiqué les personnes au fait du dossier.

De l'avis des analystes, la cession des activités non rentables est un élément clef du redressement d'Alcatel.

"Une partie essentielle de l'argumentation en faveur d'un investissement sur Alcatel est liée aux potentielles cessions d'actifs", a écrit Janardan Menon, analyste à Liberum Capital, dans une note récente.

Les spéculations circulent également sur des opérations stratégiques de plus grande ampleur dans les mois à venir, qui pourraient prendre la forme d'une alliance avec Nokia, ont dit des sources à Reuters.

Avec Leila Abboud à Paris, Nicola Leske à New York et Sophie Sassard à Londres, Gwénaëlle Barzic pour le service français, édité par Marc Angrand

Copyright © 2013 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...