Bourse > Airbus group > Airbus group : Problèmes de puissance sur trois moteurs de l'A400M accidenté
AIRBUS GROUPAIRBUS GROUP AIR - NL0000235190AIR - NL0000235190
59.580 € +0.44 % Temps réel Euronext Paris
59.290 €Ouverture : +0.49 %Perf Ouverture : 59.630 €+ Haut : 58.730 €+ Bas :
59.320 €Clôture veille : 1 926 840Volume : +0.25 %Capi échangé : 46 047 M€Capi. :

Airbus group : Problèmes de puissance sur trois moteurs de l'A400M accidenté

Problèmes de puissance sur trois moteurs de l'A400M accidentéProblèmes de puissance sur trois moteurs de l'A400M accidenté

PARIS (Reuters) - Trois des quatre moteurs de l'A400M accidenté le 9 mai en Espagne ont connu au décollage des problèmes de puissance liés à un apparent dysfonctionnement d'un logiciel, selon les premières analyses communiquées mercredi par Airbus Defence & Space, filiale d'Airbus Group.

Cette perte de puissance, que l'équipage de l'avion de transport militaire n'a pas réussi à corriger, est conforme aux problèmes identifiés le 19 mai, précise Airbus Defense & Space dans un communiqué.

"Les moteurs 1, 2 et 3 ont subi un gel de la puissance après le décollage et n’ont pas répondu aux tentatives entreprises par l’équipage pour contrôler normalement la puissance", explique la division.

Airbus Defence & Space avait demandé le 19 mai à tous les pays exploitant l'A400M (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Turquie et Malaisie) d'inspecter les systèmes de contrôle des moteurs de l'avion à la suite de la découverte d'une anomalie potentielle sur le système informatique gérant les moteurs.

Le groupe n'a pas précisé quels problèmes avaient entraîné le "gel" des moteurs mais a écarté tout problème structurel de conception, concentrant son intention sur des problèmes de qualité sur l'assemblage final de l'A400M.

Une porte-parole d'Airbus Defence & Space a indiqué que l'enquête se concentrait sur "les différents processus entourant l'assemblage de l'avion, les moteurs et les préparations pour le premier vol".

La division précise mercredi ne pas ajouter d'autres recommandations, les autres systèmes de l'avion ayant fonctionné normalement durant le vol.

Quatre des six personnes qui se trouvaient à bord de l'appareil ont été tuées lors du vol d'essai qu'il effectuait le 9 mai. Il s'agit du premier accident impliquant un A400M, dont le coût de développement s'élève à 20 milliards d'euros. Il est entré en service en 2013.

Les difficultés rencontrées dans le développement du moteur, en particulier pour obtenir la certification de leurs systèmes de contrôle, se sont traduits par trois ans de retard du programme et ont nécessité un nouvel apport de capitaux des Etats en 2010.

Les moteurs de l'avion sont issus d'une coopération entre le groupe britannique Rolls-Royce, le français Safran et l'allemand MTU Aero Engines.

Airbus Group a remplacé fin janvier le responsable de son pôle d'avions militaires et a nommé fin mars Kurt Rossner à la tête du programme A400M.

La Grande-Bretagne, l'Allemagne et la Turquie ont décidé de maintenir au sol leurs appareils dans l'attente des résultats de l'enquête, tandis que la France a limité leur utilisation aux vols "extrêmement prioritaires".

(Tim Hepher et Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2015 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...