Bourse > Airbus group > Airbus group : Eads confirme ses objectifs grâce aux succès d'airbus
AIRBUS GROUPAIRBUS GROUP AIR - NL0000235190AIR - NL0000235190
58.990 € -1.77 % Temps réel Euronext Paris
59.740 €Ouverture : -1.26 %Perf Ouverture : 59.940 €+ Haut : 58.730 €+ Bas :
60.050 €Clôture veille : 2 624 610Volume : +0.34 %Capi échangé : 45 590 M€Capi. :

Airbus group : Eads confirme ses objectifs grâce aux succès d'airbus

tradingsat

par Cyril Altmeyer et James Regan

PARIS (Reuters) - EADS a relevé vendredi son objectif de cash flow libre et confirmé ses autres objectifs, porté par des résultats semestriels supérieurs aux attentes grâce aux succès commerciaux de sa filiale Airbus dont il attend désormais plus de 1.000 commandes brutes cette année.

Le groupe européen d'aérospatiale et de défense, maison mère d'Airbus, qui avait auparavant dit s'attendre à un flux de trésorerie positif en 2011, précise désormais qu'il devrait atteindre environ un milliard d'euros avant investissement en acquisitions.

EADS réaffirme viser pour cette année une croissance de son chiffre d'affaires et un résultat opérationnel (Ebit) avant exceptionnels stable comparé à son niveau de 1,3 milliard d'euros de 2010 - et dont il a déjà engrangé 720 millions au premier semestre - toujours sur la base d'un euro à 1,35 dollar.

L'action surperforme la tendance en Bourse de Paris, cédant 0,29% à 24,23 euros vers 13h55, contre un recul de 1,27% du CAC 40, et portant sa hausse à près de 39% cette année.

"Ils sont assez confiants sur les niveaux des prises de commandes donc ils relèvent assez largement leur objectif de free cash flow", a souligné Yan Derocles, analyste chez Oddo Securities, soulignant que le maintien de l'objectif d'Ebit tient à la prudence du groupe face au programme à risque du futur long courrier A350.

PAS DE DÉCISION SUR UNE NOUVELLE MONTÉE EN CADENCE

Airbus, qui a engrangé au salon du Bourget une avalanche de commandes de monocouloirs A320 et de sa version améliorée A320neo, n'a pas encore décidé à quel moment il augmenterait ses cadences de production à 44 unités par mois, après une montée en puissance progressive déjà prévue de 36 actuellement à 42 en octobre 2012.

La principale interrogation concerne la capacité des fournisseurs à suivre cette montée de cadence et non pas les capacités des lignes d'assemblage, a expliqué Louis Gallois, le président exécutif d'EADS, lors d'une conférence téléphonique.

"Nous avons en partie le même chaîne d'approvisionnement que Boeing et Boeing augmente la cadence de production du B737 en même temps que nous augmentons notre cadence de production pour l'A320 et cela crée clairement des contraintes", a-t-il dit.

Après ses succès au Bourget, Airbus a en outre décroché la semaine dernière une commande de 260 monocouloirs d'American Airlines, qui n'achetait plus que des Boeing depuis la fin des années 1980, forçant en plus l'avionneur américain à décider d'une remotorisation de son B737.

L'avionneur a confirmé son objectif de 520 à 530 livraisons d'avions commerciaux cette année, dont environ 25 A380.

Louis Gallois a toutefois précisé que les difficultés d'approvisionnement en moteurs Rolls-Royce, conséquences de l'accident d'un A380 de Qantas fin 2010 et du cataclysme de mars au Japon pourrait avoir un impact sur les livraisons du très gros porteur début 2012.

Au deuxième trimestre, EADS a dégagé un résultat opérationnel avant intérêts et impôts, écarts d'acquisition et éléments non récurrents (Ebit) de 371 millions d'euros au deuxième trimestre (+15%), un résultat net de 121 millions (+48%) et un chiffre d'affaires de 12.082 millions (+6%).

Les analystes attendaient en moyenne pour le deuxième trimestre un Ebit de 317 millions d'euros, un bénéfice net de 160 millions et un chiffre d'affaires de 11.598 millions, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

EADS affiche une trésorerie nette imposante de 11,0 milliards d'euros au 30 juin contre 11,9 milliards fin 2010.

Le groupe, qui a récemment annoncé trois acquisitions dont celle de l'équipementier danois Satair mercredi, continuera cette année sur la voie de la croissance externe, a précisé le directeur financier Hans-Peter Ring.

Edité par Matthieu Protard

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...