Bourse > Airbus group > Airbus group : Bombardier accuse une perte, le Québec investit dans le CSeries
AIRBUS GROUPAIRBUS GROUP AIR - NL0000235190AIR - NL0000235190
58.990 € -1.77 % Temps réel Euronext Paris
59.740 €Ouverture : -1.26 %Perf Ouverture : 59.940 €+ Haut : 58.730 €+ Bas :
60.050 €Clôture veille : 2 624 610Volume : +0.34 %Capi échangé : 45 590 M€Capi. :

Airbus group : Bombardier accuse une perte, le Québec investit dans le CSeries

Bombardier accuse une perte, le Québec investit dans le CSeriesBombardier accuse une perte, le Québec investit dans le CSeries

TORONTO (Reuters) - Bombardier a fait état jeudi d'une très forte perte trimestrielle, tout en détaillant un plan qui verra la province du Québec investir un milliard de dollars (915 millions d'euros) dans son programme d'avion CSeries, une mesure susceptible d'apaiser les craintes des investisseurs sur les finances du groupe canadien.

Confirmant une information publiée mercredi par Reuters, le constructeur d'avions et de trains va créer une coentreprise avec la province du Québec sur le CSeries, un appareil de transport régional de 100 places qui a subi de multiples retards et dépassements de budget depuis son lancement.

L'argent frais apporté par le Québec permettra de boucler le programme et garantira que la fabrication du CSeries restera dans la province pendant "encore au moins 20 ans", selon les dires du ministre de l'Economie du Québec Jacques Daoust, cité dans un communiqué.

Le secteur aéronautique de la province dépend largement de Bombardier qui, avec ses 18.000 salariés, est à la source d'une vaste chaîne de fournisseurs et autres acteurs économiques.

Avant de décider d'investir dans le CSeries, le gouvernement du Québec avait à plusieurs reprises dit qu'il était prêt à soutenir Bombardier.

Le développement du CSeries, qui doit venir concurrencer le Boeing 737 et les Airbus A319 et A320, dépasse déjà cinq milliards de dollars selon Peter Arment, analyste chez Sterne Agee.

Les difficultées rencontrées par Bombardier pour faire aboutir le projet se sont traduites par une forte hausse de l'endettement, atteignant désormais les neufs milliards de dollars.

Pour trouver des liquidités, Bombardier a passé en revue une série d'options, dont une cession d'une participation dans le CSeries ou encore la vente d'une part minoritaire de sa division ferroviaire.

Un projet d'accord entre Bombardier et Airbus Group a échoué au début du mois après des fuites dans la presse.

Sur le troisième trimestre, le groupe a subi une perte de 4,6 milliards de dollars, soit 2,20 dollars par action, contre un bénéfice net de 74 millions (0,03 dollar/action) il y a un an. Cette perte est surtout le fait d'une lourde charge de dépréciation passée à la fois au titre du CSeries et du gel de son programme d'avion d'affaires Learjet 85.

A la Bourse de Toronto, l'action Bombardier chutait de plus de 10% à 1,44 dollar canadien vers 14h00 GMT, après avoir bondi de 11% la veille à la suite des informations Reuters sur l'entrée du Québec dans le programme CSeries.

(Euan Rocha à Toronto, Allison Lampert à Montréal, avec la contribution de Sneha Banerjee à Toronto, Marc Angrand et Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Copyright © 2015 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...