Bourse > Airbus group > Airbus group : Berlin pourrait devenir un actionnaire majeur d'eads
AIRBUS GROUPAIRBUS GROUP AIR - NL0000235190AIR - NL0000235190
68.350 € -1.01 % Temps réel Euronext Paris
68.930 €Ouverture : -0.84 %Perf Ouverture : 69.750 €+ Haut : 68.230 €+ Bas :
69.050 €Clôture veille : 2 537 770Volume : +0.33 %Capi échangé : 52 829 M€Capi. :

Airbus group : Berlin pourrait devenir un actionnaire majeur d'eads

Berlin pourrait devenir un actionnaire majeur d'eadsBerlin pourrait devenir un actionnaire majeur d'eads

BERLIN (Reuters) - L'Allemagne pourrait rejoindre la France comme actionnaire majeur d'EADS si le nouveau ministre de l'Economie Philipp Rösler donne son feu vert au rachat par l'Etat de la participation de Daimler.

Philipp Rösler rencontrera bientôt toutes les parties concernées par le projet de cession de Daimler, a dit mercredi une source du ministère.

Des sources gouvernementales ont dit à Reuters qu'aucune entreprise acceptable du secteur privé n'avait été trouvée pour racheter les parts de Daimler dans le groupe d'aéronautique et d'espace européen et représenter les intérêts de l'Allemagne.

En conséquence, la seule solution serait que la banque publique KfW entre en jeu.

Daimler détient actuellement 15% d'EADS, tout comme la France, préservant un délicat équilibre des pouvoirs entre les deux partenaires. La holding publique espagnole Sepi détient quant à elle 5,5% du groupe.

Daimler a accepté de conserver ses parts jusqu'à la fin 2012 dans le cadre d'un pacte d'actionnaires avec l'Etat français et Lagardère, qui détiennent ensemble 22,5% du capital d'EADS.

"Le gouvernement fédéral est en contact permanent et étroit avec Daimler au sujet d'EADS", a dit mercredi Steffen Seibert, porte-parole du gouvernement allemand. "L'équilibre franco-allemand est quelque chose que nous considérons comme précieux et qui vaut donc la peine d'être préservé".

En tout état de cause, la KfW pourrait se retrouver avec plus de 15% du capital d'EADS parce que des banques allemandes veulent vendre des titres détenus en commun avec plusieurs Länder allemands qui ensemble contrôlent 7,5% de l'avionneur, observent des sources.

Si la KfW entre en force au capital d'EADS, ce serait embarrassant pour Philipp Rösler, un démocrate libéral du FDP qui a pris ses fonctions en mai. Le FDP, l'un des partis de la coalition au pouvoir en Allemagne, est en effet traditionnellement opposé à l'intervention de l'Etat dans les entreprises.

Gernot Heller, Andreas Rinke, Hendrik Sackmann et Christiaan Hetzner, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Pascale Denis

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...