Bourse > Airbus group > Airbus group : Après une année 2014 record, ATR voit un ralentissement en 2015
AIRBUS GROUPAIRBUS GROUP AIR - NL0000235190AIR - NL0000235190
59.580 € +0.44 % Temps réel Euronext Paris
59.290 €Ouverture : +0.49 %Perf Ouverture : 59.630 €+ Haut : 58.730 €+ Bas :
59.320 €Clôture veille : 1 926 840Volume : +0.25 %Capi échangé : 46 047 M€Capi. :

Airbus group : Après une année 2014 record, ATR voit un ralentissement en 2015

L'avionneur ATR a multiplié les records en 2014L'avionneur ATR a multiplié les records en 2014

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - ATR anticipe environ 90 commandes cette année, un net recul comparé au record de 2014, sous le coup de la baisse du prix du pétrole qui prive l'avionneur d'un argument commercial majeur pour ses turbopropulseurs peu gourmands en carburant.

La coentreprise entre Airbus Group et l'italien Finmeccanica a multiplié les records en 2014, affichant les livraisons, les commandes et le chiffre d'affaires les plus élevés de son histoire, dix ans après avoir frôlé la faillite.

ATR a engrangé l'an passé 160 commandes et 120 options, dépassant son précédent record établi en 2011.

Il a notamment bénéficié du plus gros contrat de son histoire obtenu auprès de Lion Air pour 40 appareils supplémentaires, portant à 100 le total d'avions commandés par la compagnie indonésienne.

"Nous sommes très heureux d'avoir vendu 160 avions, mais nous ne considérons pas cela comme quelque chose de normal", a déclaré son président exécutif Patrick de Castelbajac, lors de la conférence de presse annuelle de l'avionneur.

"Notre objectif sera plus prudent. Cette année, nous vendrons moins d'avions et l'objectif pour nous sera d'essayer de maintenir notre carnet de commandes", a-t-il ajouté.

ATR a terminé l'année avec un carnet de commandes lui aussi record de 280 avions, valorisé à 6,8 milliards de dollars et lui assurant près de trois années de production.

Patrick de Castelbajac s'est toutefois montré confiant sur l'impact de la baisse des prix du pétrole sur l'activité d'ATR dans les années à venir, soulignant qu'il ne lui restait plus que quelques créneaux de livraisons pour 2017, la majorité étant pour 2018.

La tendance à long terme du prix du kérosène reste à la hausse, a-t-il aussi observé.

"Quand vous vendez un avion, vous le vendez grosso modo pour 25 ans. Personne ne pense que le prix du kérosène sera à son niveau actuel d'ici 15 ou 20 ans", a souligné le patron d'ATR.

Un acquéreur se couvre contre la remontée prévisible des prix du kérosène en achetant des turbopropulseurs d'ATR qui consomment moitié moins de carburant qu'un avion de même taille doté de réacteurs, a expliqué Patrick de Castelbajac.

100 LIVRAISONS PAR AN, UN RYTHME DE CROISIÈRE

Le groupe, qui a livré 83 avions en 2014 après 74 en 2014, vise 90 livraisons en 2015 et a réaffirmé son objectif de dépasser les 100 livraisons en 2016, un rythme de croisière jugé "raisonnable" à moyen terme par son président exécutif.

"Notre idée n'est pas de vendre, vendre, vendre et livrer de plus en plus. Le marché croît, c'est génial, mais il faut être réaliste. Autour de 100 avions ou un peu plus est un bon niveau", a-t-il expliqué.

Le spécialiste des avions légers de 50 à 90 places n'a toujours pas réussi à convaincre ses deux coactionnaires de le soutenir dans la production d'un avion pouvant transporter plus de 90 passagers.

Patrick de Castelbajac a dit qu'ATR travaillait toujours avec ses ingénieurs, ceux d'Airbus et ceux de l'italien Alenia, filiale de Finmeccanica, sur la faisabilité d'un tel avion.

"Une fois que nous aurons un calendrier clair concernant cette évolution possible et son coût, notre objectif est d'aller voir les compagnies aériennes et de leur demander si elles sont prêtes à payer pour un tel appareil", a-t-il expliqué.

ATR compte atteindre cette année la barre symbolique des deux milliards de dollars de chiffre d'affaires, après une hausse à 1,8 milliard de dollars (1,55 milliard d'euros) en 2014 contre 1,63 milliard l'année précédente.

(Edité par Dominique Rodriguez)

Copyright © 2015 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...