Bourse > Airbus group > Airbus group : Airbus veut sortir de Dassault
AIRBUS GROUPAIRBUS GROUP AIR - NL0000235190AIR - NL0000235190
59.320 € +1.26 % Temps réel Euronext Paris
59.320 €Ouverture : 0.00 %Perf Ouverture : 59.720 €+ Haut : 58.090 €+ Bas :
58.580 €Clôture veille : 2 584 720Volume : +0.33 %Capi échangé : 45 846 M€Capi. :

Airbus group : Airbus veut sortir de Dassault

Hausse du résultat d'Airbus qui dit vouloir sortir de DassaultHausse du résultat d'Airbus qui dit vouloir sortir de Dassault

par Tim Hepher et Jean-Michel Belot

PARIS (Reuters) - Airbus Group a annoncé mercredi une progression de 10% de son résultat opérationnel au premier semestre, rassurant sur les perspectives du marché aéronautique et fait part de son intention de céder sa participation de 46,3% dans l'avionneur français Dassault Aviation.

Malgré cette participation, d'une valeur de 5,2 milliards d'euros au cours actuel, Airbus n'a jamais été en mesure d'influer sur la stratégie de Dassault Aviation, fermement contrôlé par la famille qui détient 50,55% de son capital.

En outre, les deux groupes sont régulièrement concurrents à l'export, en proposant l'un l'avion de combat français Rafale et l'autre l'Eurofighter. Ils peinent également à coopérer dans le domaine stratégique des drones.

Lors d'une conférence téléphonique, le président d'Airbus Group, Tom Enders, a déclaré que cette cession n'était pas une question de "si (...) mais de quand", refusant toutefois d'évoquer un calendrier précis.

De source proche du dossier, Airbus serait en discussions avec l'Etat français et la famille Dassault à ce sujet et un accord pourrait être trouvé d'ici la fin de l'année.

L'Etat dispose d'un droit de préemption sur les actions Dassault détenues par Airbus, difficile toutefois à exercer compte tenu des contraintes budgétaires actuelles.

La vente de cette participation soit à la famille Dassault, soit sur le marché ou à un investisseur intéressé par la forte rentabilité de l'activité d'avions d'affaires Falcon, ou bien encore un cocktail basé sur ces trois options, figurent parmi les scénarios jugés les plus probables par des analystes.

Concernant les résultats, Airbus a précisé que son objectif de rentabilité en 2015 de 7% à 8% restait inchangé avant le développement de l'A330neo, la nouvelle version remotorisée de son long-courrier annoncée au salon aéronautique de Farnborough, dont l'impact net est estimé à environ -70 points de base.

Pour 2014, le groupe aéronautique et spatial a confirmé tabler sur un chiffre d’affaires stable en 2014 et sur une croissance modérée de sa rentabilité opérationnelle, avec un niveau de commandes d'Airbus supérieur aux livraisons.

CONFIANT SUR LA POURSUITE D'UN CYCLE FAVORABLE

Lors de la présentation des résultats, Tom Enders a tenu un discours optimiste sur les perspectives du marché aéronautique, qui a rassuré les investisseurs après plusieurs annulations importantes de commandes d'appareils ces dernières semaines.

A 16h, l'action Airbus affichait ainsi la plus forte progression de l'indice CAC 40 avec une hausse de 4,2% à 45,53 euros qui valorise la société 35,7 milliards d'euros.

"Nous n'arrivons pas à la fin d'un cycle et nous ne sommes pas au bord d'un précipice", a-t-il assuré lors de la conférence téléphonique. "Le marché aéronautique civil est toujours très solide, en dépit de quelques zones de faiblesse localisées que nous sommes capables de surmonter."

Il a observé que la moitié des annulations enregistrées depuis le début de l'année correspondaient à des conversions ou à du "surbooking" d'appareils de la part de compagnies qui avaient souhaité en fait réserver des créneaux de production.

Une bonne partie des annulations concernent les monocouloirs, le segment le plus important du marché où l'américain Boeing comme Airbus proposent des versions améliorées de leurs avions, comme l'A320neo d'Airbus doté de moteurs plus économiques. Les compagnies décident en effet souvent d'annuler une partie de leur commande initiale pour se reporter sur la nouvelle version.

Airbus s'est dit ainsi confiant de retrouver des acheteurs pour les deux A380 disponibles depuis qu'il a lui-même annulé une commande passée par la compagnie japonaise Skymark Airlines en difficultés financières.

Le groupe a estimé par ailleurs que son programme de nouveau long-courrier A350 XWB était "sur la bonne voie" pour entrer en service comme prévu d'ici la fin de l'année.

Au premier semestre, Airbus a enregistré une hausse de 6% se son chiffre d'affaires à 27,2 milliards d'euros et de 10% de son résultat d'exploitation (Ebit) avant éléments non récurrents à 1,77 milliard d’euros. Le résultat net a progressé de 50% à 1,14 milliard d’euros.

(Edité par Dominique Rodriguez)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...