Bourse > Airbus group > Airbus group : Airbus pourrait augmenter la production de l'a350-1000
AIRBUS GROUPAIRBUS GROUP AIR - NL0000235190AIR - NL0000235190
58.990 € -1.77 % Temps réel Euronext Paris
59.740 €Ouverture : -1.26 %Perf Ouverture : 59.940 €+ Haut : 58.730 €+ Bas :
60.050 €Clôture veille : 2 624 610Volume : +0.34 %Capi échangé : 45 590 M€Capi. :

Airbus group : Airbus pourrait augmenter la production de l'a350-1000

Airbus pourrait augmenter la production de l'a350-1000Airbus pourrait augmenter la production de l'a350-1000

par Tim Hepher

PARIS (Reuters) - Airbus envisage d'accroître la production de l'A350-1000, la plus grande des trois versions de son futur long courrier, afin de mieux lutter contre Boeing sur ce segment lucratif du marché aéronautique, selon deux sources proches du dossier.

Ce projet intervient alors qu'est inaugurée mardi au siège d'Airbus à Toulouse la ligne d'assemblage de l'A350, un programme dont le coût est estimé à 15 milliards de dollars (11,5 milliards d'euros).

Cet avion en composite de carbone est la réponse d'Airbus à deux long-courriers de Boeing : le 787 Dreamliner, pionnier dans l'utilisation à grande échelle de matériaux permettant d'économiser du carburant, et le plus traditionnel mais toujours très vendu 777 qui peut transporter 365 passagers.

La plus grande version de l'A350 permettait à la filiale du groupe d'aérospatiale et de défense EADS de concurrencer frontalement la version "mini-jumbo" du 777.

Le duel devrait être la prochaine grande bataille dans le secteur aérien, avec en jeu des ventes qui pourraient atteindre 2.000 appareils dans les 20 prochaines années.

Airbus met la faiblesse des ventes de l'A350-1000 sur le compte de la pénurie de créneaux de livraison. L'appareil n'a engrangé que 88 commandes depuis son lancement et a accusé plusieurs annulations. Boeing estime qu'Airbus a tort de vouloir essayer d'attaquer deux segments du marché avec le même avion.

L'augmentation de la production libérerait de nouveaux créneaux.

"Airbus étudie des moyens d'accroître la production de l'A350-1000", a dit une source proche du dossier.

Reste à savoir si ce serait au détriment de la production des deux plus petits modèles de l'A350 ou si cela signifierait une hausse de la production totale. Selon des hypothèses, la production de l'A350-800, le plus petit des trois modèles, pourrait être réduite pour permettre à Airbus de se concentrer sur l'A350-900 et l'A350-1000.

Une porte-parole d'Airbus a refusé de faire un commentaire sur la production de l'A350-1000, mais a indiqué que "la ligne d'assemblage final de l'A350 XWB est destinée à être flexible et à pouvoir produire les trois membres de la famille A350".

"Nous travaillons à l'augmentation de la production à 10 par mois dans les quatre ans après la première livraison de l'A350 XWB, et suivons constamment les tendances du marché afin d'anticiper et d'adapter notre production pour satisfaire les besoins de nos clients", a-t-elle ajouté dans un email.

Airbus se concentrera dans un premier temps sur la production de l'A350-900 de 314 sièges, celui des trois modèles qui se vend le mieux et vise à concurrencer frontalement le 787 Dreamliner entré en service au Japon il y a exactement un an.

Le premier vol de l'A350-900 est prévu pour la mi-2013 et la première livraison pour la second semestre 2014, ce qui devrait permettre une production de l'appareil à plein régime fin 2018. Le premier A350-1000 est prévu en 2017.

LE MATCH DES "MINI-JUMBOS"

Airbus est engagé dans une bataille psychologique avec Boeing sur l'A350-1000, récemment musclé avec un moteur plus puissant de Rolls-Royce pour améliorer sa portée.

Boeing produit sept 777 par mois et compte porter ce rythme à 8,3 après avoir enregistré des ventes record pour l'appareil, qui a encore engrangé lundi une commande de 4,5 milliards de dollars auprès de Turkish Airlines.

Mais même les plus enthousiastes reconnaissent que le 777, datant des années 1990, pourrait subir la concurrence de l'A350-1000 construit avec des matériaux plus légers. Boeing hésite depuis plusieurs mois à moderniser le 777 avec des moteurs moins gourmands en kérosène et de nouvelles ailes.

Alors que des clients clés de Boeing comme Emirates font pression sur l'avionneur pour qu'il précise son projet 777X, Airbus doit engranger de nouvelles ventes de l'A350-1000 pour retrouver une dynamique commerciale sur cette version du programme. L'européen vante les économies importantes de carburant permises par cet avion comparé à l'actuelle version du 777.

Après un solide démarrage au moment du lancement du programme A350 en 2007, les ventes de l'A350-1000, qui compte 350 sièges, ont connu une longue interruption jusqu'à la commande de Cathay Pacific, qui a commandé en juillet dix unités de l'appareil et converti la commande de 16 A350-900 en A350-1000.

Selon des analystes du secteur, Airbus cherche à convaincre les clients de l'A350-900 de lui préférer l'A350-1000, à la portée plus élevée, et une nouvelle réorganisation du carnet de commandes ne peut être exclue.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault inaugure mardi la ligne d'assemblage de l'A350 à Toulouse, peu après que l'Allemagne a suspendu un prêt de 600 millions d'euros destiné à ce programme pour protester contre le non-respect d'un accord sur la localisation de la production en Allemagne.

Le conflit commercial entre l'Union européenne et les Etats-Unis, qui s'accusent mutuellement d'avoir versé des aides illégales à leur avionneur respectif, pourrait également s'inviter mardi. Selon des source commerciales, Washington pourrait donner sa position sur les données concernant l'A350, qu'elle étudie depuis le mois dernier.

Cyril Altmeyer pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...