Bourse > Air liquide > Air liquide : Les Bourses européennes montent légèrement à la mi-séance
AIR LIQUIDEAIR LIQUIDE AI - FR0000120073AI - FR0000120073
104.000 € +1.22 % Temps réel Euronext Paris
102.950 €Ouverture : +1.02 %Perf Ouverture : 104.350 €+ Haut : 102.500 €+ Bas :
102.750 €Clôture veille : 1 364 170Volume : +0.35 %Capi échangé : 40 437 M€Capi. :

Air liquide : Les Bourses européennes montent légèrement à la mi-séance

Les Bourses européennes montent légèrement à la mi-séanceLes Bourses européennes montent légèrement à la mi-séance

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes étaient toujours en hausse modeste mardi vers la mi-séance, mais l'effet positif des propos jugés rassurants de Lael Brainard, gouverneure de la Réserve fédérale, sur le calendrier de hausse des taux d'intérêt aux Etats-Unis est contrebalancé par des nouveaux signes suggérant une détérioration de la conjoncture dans la zone euro.

Après avoir rebondi lundi de quelque 1,5% grâce notamment aux dires de Lael Brainard, Wall Street est attendue en repli de quelque 0,5% à l'ouverture.

A Paris, le CAC 40 prend 0,29% (+12,96 points) à 4.452,76 points vers 10h40 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,62% et, à Londres, le FTSE avance de 0,22%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 progresse de 0,24%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,22% et le Stoxx 600 de 0,20%.

Ce dernier se reprend quelque peu après avoir cédé 2,3% sur les trois séances précédentes. Le recul depuis le début de l'année revient à 6,36%.

Lael Brainard, une farouche partisane de la politique de taux ultra-bas de la Fed, a déclaré lundi que la banque centrale devait prendre garde à ne pas retirer le stimulant monétaire trop tôt en raison de faiblesses potentielles du marché du travail et des risques conjoncturels à l'étranger.

Cela a aussitôt conduit les investisseurs à revoir en nette baisse les chances d'une hausse des taux d'intérêt lors de réunion de politique monétaire de la semaine prochaine, poussant les indices à Wall Street.

Les marchés actions tirent parti d'un environnement de taux ultra-bas, sous réserve que l'économie soit en relativement bonne santé, comme c'est le cas aux Etats-Unis.

Dans la zone euro en revanche, la croissance semble tourner au ralenti après un frémissement au premier trimestre, et ce alors que l'ampleur des conséquences de la décision des Britanniques de quitter l'Union européenne est encore largement inconnue.

Le sentiment des investisseurs allemands est resté stable en septembre au lieu de l'amélioration escomptée, traduisant une visibilité incertaine pour les prochains mois, montrent mardi les résultats de l'enquête mensuelle de l'institut ZEW.

La publication des résultats de l'enquête a fait basculer un moment les places européennes dans le rouge.

Et l'Italie va revoir à la baisse ses prévisions de croissance pour le pays à l'occasion de la publication des prochaines projections officielles, a dit mardi le ministre de l'Economie Pier Carlo Padoan.

Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, doit de son côté s'exprimer à Trente, en Italie, après avoir déçu les investisseurs jeudi dernier en s'abstenant de toute annonce majeure à l'issue de la réunion de politique monétaire de l'institution.

Le dollar, qui avait décroché lundi dans la foulée des déclarations de Lael Brainard, se reprend de 0,25% face à un panier de devises internationales, une progression qui contribue à faire reculer les cours du pétrole, en baisse de plus de 2% après leurs gains de la veille.

L'or noir est également plombé par le rapport mensuel de l'Agence internationale de l'Energie (AIE), qui voit l'offre mondiale de pétrole brut rester excédentaire pendant au moins les six premiers mois de 2017, en raison à la fois d'un net ralentissement de la croissance de la demande, de stocks en forte hausse et d'une augmentation de la production.

Sur le marché obligataire, les prix des Bunds allemands remonte après avoir reculé ces derniers jours en raison des incertitudes sur les actions des banques centrales. Vendredi, le rendement des emprunts à 10 ans émis par Berlin, référence du marché, était même repassé en territoire positif pour la première fois depuis le référendum du 23 juin sur le Brexit.

L'indice regroupant les valeurs pétrolières européennes (-1,01%) accuse la plus forte baisse sectorielle tandis que, à l'autre bout du spectre, l'indice des services financiers gagne 1,05%, porté par le bond de près de 11% du titre Partners Group dans la foulée des résultats meilleurs que prévu du gestionnaire de fortune suisse.

Parmi les autres valeurs qui se distinguent, on retrouve Air Liquide, dont le titre gagne plus de 4% après le spécialiste des gaz industriels a annoncé les modalités de son augmentation de capital de 3,28 milliards d'euros prévue pour financer en partie le rachat de l'américain Airgas, valorisé à 13,4 milliards de dollars (11,9 milliards d'euros).

L'action Luxottica avance de son côté de près de 3% après que Deutsche Bank a relevé sa recommandation sur le fabricant de lunettes italien, le courtier estimant au passage que le moment était venu d'une opération de fusion-acquisition impliquant le groupe.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)

Copyright © 2016 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...