Bourse > Air france -klm > Air france -klm : Renforce ses mesures d'économie et "adapte" ses objectifs financiers
AIR FRANCE -KLMAIR FRANCE -KLM AF - FR0000031122AF - FR0000031122
4.919 € -2.81 % Temps réel Euronext Paris
5.044 €Ouverture : -2.48 %Perf Ouverture : 5.062 €+ Haut : 4.900 €+ Bas :
5.061 €Clôture veille : 4 991 290Volume : +1.66 %Capi échangé : 1 477 M€Capi. :

Air france -klm : Renforce ses mesures d'économie et "adapte" ses objectifs financiers

(Tradingsat.com) - Air France - KLM a dévoilé jeudi matin des résultats annuels 2014 en amélioration mais toujours déficitaires. Le chiffre d’affaires de l’année 2014 s’est établi à 24,9 milliards d’euros, contre 25,5 milliards d’euros en 2013, en baisse de 2,4%, mais stable (+0,3%) à données comparables.

L’EBITDA s’est établi à 1 589 millions d’euros, en baisse de 266 millions d’euros. Corrigé de l’impact de la grève des pilotes, l’EBITDA s’est élevé à 2 014 millions d’euros, en hausse de 159 millions d’euros.

Le résultat d’exploitation s’est établi à -129 millions d’euros, contre 130 millions d’euros en 2013, en baisse de 259 millions d’euros. Il progressait de 275 millions d’euros à données comparables : corrigé de la grève (impact négatif de 425 millions d’euros), des effets change (impact négatif de 158 millions d’euros) et des éléments exceptionnels enregistrés au quatrième trimestre (impact positif de 48 millions d’euros).

Enfin, le résultat net, part du groupe, ressort à -198 millions d’euros contre -1 827 millions d’euros un an plus tôt, soit une amélioration de plus de 1,6 milliard d'euros.

Au cours du seul quatrième trimestre, le chiffre d'affaires a reculé de 0,5% (à données comparables) à 6,2 milliards d'euros, pour un EBITDA en baisse de 66 millions d'euros à 316 millions d'euros (411 millions d'euros, en hausse de 29 millions d'euros hors impact de la grève des pilotes).

"Les résultats de l’exercice parlent d’eux-même", commente Alexandre de Juniac, le président du groupe. "En dépit d’un contexte économique et concurrentiel difficile, corrigé de l’impact de la grève des pilotes d’Air France, l’excédent brut d’exploitation aurait progressé de plus de 50% en 3 ans, et le cash-flow d’exploitation aurait fait plus que tripler pour atteindre près de 1,5 milliard d'euros".

Après trois ans de mise en œuvre, le plan Transform 2015 a atteint ses objectifs de réduction des coûts, avec un coût unitaire hors carburant en baisse de 7% par rapport à 2011. Néanmoins, la dynamique de désendettement a été ralentie par la grève des pilotes d’Air France et par la détérioration des recettes unitaires intervenue depuis l’été 2014.

Pour 2015, le ton sur les perspectives est prudent. "Le contexte global du début 2015 reste incertain, avec une baisse significative du prix du carburant, la prolongation de la situation de surcapacité sur plusieurs marchés long-courrier, et un effet change négatif sur les résultats", note le groupe. Ainsi, Air-France-KLM "estime que la quasi-totalité des économies attendues sur la facture carburant pourrait être absorbée par la pression sur les recettes unitaires et l’effet change négatif".

Dans ces conditions, le groupe a décidé de renforcer les mesures prévues dans le plan Perform 2020. Il prévoit d'une part la réduction du programme d’investissement 2015-2016 de 600 millions d’euros : 300 millions d’euros en 2015 et 300 millions d’euros en 2016, et d'autre part la mise en œuvre immédiate de nouvelles mesures 2015 chez Air France, incluant des plans de départ volontaires portant sur environ 800 équivalents temps plein. Par ailleurs, la compagnie compte renforcer l’objectif de réduction des coûts unitaires : "1,5% par an en moyenne sur la période 2015-2017", comparé à l’objectif fixé en septembre 2014 "entre 1 et 1,5% par an".

Sur l’année 2015, le groupe se fixe comme objectifs une baisse du coût unitaire de 1 à 1,3%, équivalent à 250 à 350 millions d’euros d’économies, et un niveau de dette nette à fin 2015 d’environ cinq milliards d’euros, intégrant les conséquences financières de la grève des pilotes.

Enfin, le groupe adapte ses objectifs financiers de moyen-terme (2017) pour prendre en compte la forte baisse du prix du carburant, la volatilité accrue des devises et des recettes unitaires, et l’impact de la grève des pilotes.

L’objectif sur le ratio d’endettement devient : un ratio de dette nette ajustée sur EBITDAR autour de 2,5 en 2017. Le groupe conserve son objectif de cash-flow libre : les activités de base doivent générer chaque année du cash-flow.

L’objectif d’une croissance de l’EBITDAR de 8 à 10% par an communiqué en septembre 2014 s’entendait à prix du carburant constant, mais pas à recette unitaire constante. "Le contexte actuel, combinant forte baisse du prix du carburant et baisse des recettes unitaires rend l’atteinte de cet objectif ambitieuse", explique le groupe, qui décide "en conséquence" de se "concentre[r] pour le moment sur son objectif de réduction renforcée des coûts unitaires à un rythme moyen de 1,5% par an".


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...