Bourse > Air france -klm > Air france -klm : Ce que pense un analyste de la démission du patron d'Air France-KLM
AIR FRANCE -KLMAIR FRANCE -KLM AF - FR0000031122AF - FR0000031122
5.160 € -0.96 % Temps réel Euronext Paris
5.230 €Ouverture : -1.34 %Perf Ouverture : 5.245 €+ Haut : 5.113 €+ Bas :
5.210 €Clôture veille : 3 547 280Volume : +1.18 %Capi échangé : 1 549 M€Capi. :

Air france -klm : Ce que pense un analyste de la démission du patron d'Air France-KLM

(Tradingsat.com) - Après l’annonce surprise mardi soir du départ d’Alexandre de Juniac pour prendre les rênes de l’association internationale du transport aérien (Iata), les premières inquiétudes apparaissent pour Air France-KLM.

Tout d’abord, le fait que sa succession n'ait visiblement pas été anticipée peut laisser à penser à une démission soudaine. Un avis que partage également l’analyste Oddo : « l’absence d’annonce concomitante de remplacement chez Air France-KLM accrédite la soudaineté de la décision ». Cette décision qualifiée de « brutale » par le courtier envoie un signal clair « Je jette l’éponge ».

Il faut dire que la gronde des pilotes couplée à l’arrivée de Gilles Gateau, l’ex-directeur adjoint de cabinet de Manuel Valls, en tant que directeur des ressources humaines, ont certainement fragilisé encore plus la position du désormais ex-PDG. Pour Oddo, quelle que soit la nature de l’événement qui a amené à cette décision, « le signal sur la réussite du redressement est nécessairement négatif »

Va se poser désormais la question du remplacement. En interne, les solutions naturelles sont légions avec Peter Elber (DG de KLM), Frédéric Gagey (DG d’Air France) ou encore Lionel Guérin (DG de Hop !). En revanche, il semble difficile pour la compagnie franco-néerlandaise d’attirer des grands noms, parmi lesquels figurent Fabrice Brégier (Airbus) ou Alexandre Bompard (la Fnac). « Si Alexandre de Juniac a été réellement empêché à de multiples reprises de dérouler sa stratégie, nous ne voyons pas ce qui attirerait un leader charismatique à la tête d’Air FranceKLM », partage Oddo, pour qui, le risque pour les investisseurs dans une telle situation est double : « la nomination d’un management de transition n qui ne pèserait pas très lourd dans les négociations salariales ou les négociations de partenariats stratégiques et la nomination d’un PdG « technocrate » qui utiliserait la manne carburant pour introduire plus de flexibilité dans le plan actuel. »

En conséquence, la période d’incertitude d’au moins 3 mois qui s’ouvre repousse certainement l’annonce de nouvelles mesures à la fin de l’exercice, ce qui incite l’analyste à une décote d’incertitude de 20% sur son objectif de cours, qui passe de 10 à 8 euros, et à réviser sa recommandation de « Achat » à « Neutre ».


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...