Bourse > Agrogeneration > Agrogeneration : 'réflexion sur la présence en Argentine'
AGROGENERATIONAGROGENERATION ALAGR - FR0010641449ALAGR - FR0010641449
0.360 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris
0.360 €Ouverture : 0.00 %Perf Ouverture : 0.360 €+ Haut : 0.360 €+ Bas :
0.360 €Clôture veille : 4 301Volume : +0.00 %Capi échangé : 36 M€Capi. :

Agrogeneration : 'réflexion sur la présence en Argentine'

tradingsat

(CercleFinance.com) - Charles Vilgrain, directeur général délégué d'AgroGeneration, producteur de céréales et d'oléagineux en Ukraine et en Argentine, répond aux questions de Cercle Finance, suite à la publication des résultats semestriels, fin novembre, et alors que la campagne agricole 2013 est quasiment terminée.

Cercle Finance: Les chiffres des six premiers mois de l'exercice 2013 ressortent en forte baisse. Comment expliquez-vous ce repli?

Charles Vilgrain: Les résultats semestriels publiés sont ceux d'AgroGeneration (ancien périmètre) ; ils ont été impactés mécaniquement par le recul brutal du prix des matières premières agricoles depuis le début de l'année.

Nous avons intégré la totalité de cet impact dans nos comptes semestriels car nous réajustons chaque semestre la juste valeur de nos actifs biologiques en fonction des prix en vigueur au moment de l'arrêté des comptes. C'est ce qui explique nos résultats semestriels et le fait que nous anticipons à contrario un second semestre positif en EBITDA puisque les prix se sont stabilisés depuis cette date et que nos rendements sont satisfaisants et en ligne avec nos attentes.

Au 30 juin 2013, le groupe a donc réalisé un chiffre d'affaires de 11,8 millions d'euros, en croissance de 15%. Il inclut les ventes réalisées en Ukraine des stocks de la campagne 2012 pour 9,3 millions d'euros et les premières ventes de la récolte 2013 en Argentine pour 2,5 millions d'euros.

La marge brute correspond à une perte de 10,2 millions d'euros. Plusieurs éléments ont pénalisé ce chiffre, tels que l'écart de valorisation de la juste valeur des actifs biologiques des cultures déjà semées au 31 décembre 2012, le différentiel entre le prix de vente des stocks par rapport à leur valorisation au 31 décembre 2012, le calcul de la juste valeur, au 30 juin 2013, des actifs biologiques des cultures semées au printemps.

Des résultats légèrement supérieurs en Argentine, par rapport à la juste valeur des actifs biologiques, calculée au 31 décembre 2012, dus à de meilleurs rendements, n'ont pas pu compenser les facteurs défavorables.

Le résultat opérationnel est négatif de 14 millions d'euros et l'EBITDA s'établit en perte de 11,7 millions d'euros.

Après comptabilisation des frais financiers en hausse, à 2,3 millions d'euros, et de l'impôt, le résultat net ressort en perte de 16,1 millions d'euros.

CF: Quels objectifs financiers vous fixez-vous pour l'ensemble de l'exercice et 2014?

CV: Les comptes annuels du groupe intégreront en 2013 Harmelia (12 mois) et AgroGeneration ancien périmètre (3 mois).

Comme je l'ai indiqué précédemment, AgroGeneration (ancien périmètre) devrait réaliser, au second semestre, un EBITDA positif, ce qui réduira la perte d'EBITDA sur l'année. Harmelia, plus rentable, devrait réaliser un EBITDA légèrement positif en 2013, hors coûts de fusion. En conséquence, nos résultats annuels 2013 publiés seront largement meilleurs que nos comptes semestriels.

En 2014, la reprise du cours des matières premières agricoles devrait impacter positivement les résultats, tandis que la baisse du prix des engrais (liée à la baisse du cours des matières premières en 2013) va alléger les coûts.

En outre, le rapprochement avec Harmelia commencera à porter ses fruits. La nouvelle entité, enrichie de compétences complémentaires, bénéfice désormais d'un pouvoir de négociation plus important pour l'achat d'engrais et la vente de ses productions.

Des synergies en termes de coûts centraux sont également attendues, notamment concernant les ressources humaines.

Au vu de ces différents éléments, AgroGeneration, associé à Harmelia, anticipe un EBITDA positif pour l'an prochain, même sur les niveaux bas de cours actuels.

La société reste confiante dans ses perspectives à plus long-terme, au regard de fondamentaux solides. La population mondiale ne cesse de croître, créant des besoins structurels en nourriture.

CF: La campagne agricole 2013 s'achève en Ukraine, pouvez-vous tirer un bilan?

CV: En Ukraine, le groupe a moissonné cette année près de 110.000 hectares et le niveau moyen des rendements réalisés sur les principales cultures est en hausse pour la nouvelle entité (AgroGeneration et Harmelia).

Alors que nous avions initialement un objectif de 400.000 tonnes récoltées, nous visons désormais plutôt 450.000 tonnes.

CF: Au moment de l'annonce du rapprochement avec Harmelia, au printemps dernier, il était question de réexaminer l'implantation du groupe en Amérique du Sud. Où en est cette réflexion?

CV: AgroGeneration exploite avec son partenaire plus de 16.000 hectares, à 50/50, en Argentine. Les semis ont eu lieu comme prévu au printemps (de l'hémisphère Sud).

Cette implantation constitue un pilote dans lequel AgroGeneration ne perd pas d'argent et reste engagé.

Nous avons cependant entamé une réflexion sur la pertinence de maintenir une présence dans ce pays. Elle n'a pas encore abouti mais les analyses dans les mois qui viennent nous amèneront certainement à prendre une décision.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...