Bourse > Adp > Adp : Nouveaux signes d'amélioration du marché de l'emploi américain
ADPADP ADP - FR0010340141ADP - FR0010340141
94.350 € +2.90 % Temps réel Euronext Paris
91.290 €Ouverture : +3.35 %Perf Ouverture : 94.460 €+ Haut : 91.290 €+ Bas :
91.690 €Clôture veille : 76 369Volume : +0.08 %Capi échangé : 9 337 M€Capi. :

Adp : Nouveaux signes d'amélioration du marché de l'emploi américain

Nouveaux signes d'amélioration du marché de l'emploi américainNouveaux signes d'amélioration du marché de l'emploi américain

WASHINGTON (Reuters) - Le secteur privé a créé nettement plus d'emplois que prévu au mois de juin et les inscriptions au chômage ont baissé pour la deuxième semaine d'affilée, confirmant la tendance à l'amélioration du marché du travail aux Etats-Unis.

Au total 188.000 emplois ont été créés en juin dans le secteur privé, alors que les économistes prévoyaient en moyenne 160.000 créations de postes, a montré l'enquête du cabinet de conseil ADP publiée mercredi, deux jours avant la publication des chiffres du gouvernement, très attendus sur les marchés.

De même, le département du Travail a annoncé que les inscriptions hebdomadaires au chômage avaient diminué à 343.000 dans la semaine au 29 juin, contre 348.000 la semaine précédente, alors que les économistes attendaient 345.000 inscriptions.

La moyenne mobile sur quatre semaines, donnée qui reflète mieux les tendances à l'oeuvre sur le marché, s'est établi à 345.000, en baisse de 750 par rapport la semaine précédente.

Ces bonnes surprises sur le front de l'emploi ont permis à Wall Street de limiter ses pertes, dans un contexte de baisse généralisée des marchés mondiaux liée au ralentissement de la croissance en Chine, des incertitudes sur l'avenir de la coalition au pouvoir au Portugal et des tensions en Egypte.

De même, le dollar a réduit ses pertes face au yen après la publication de ces deux indicateurs sur l'emploi, élément déterminant sur la politique monétaire de la Réserve fédérale.

Mais, soulignent des analystes, ces chiffres, qui préfigurent le rapport officiel de vendredi, ne font que confirmer la tendance positive sur le marché de l'emploi.

"Cela ne va pas bouleverser les marchés, nous ne nous attendons pas à une grosse surprise vendredi, à la hausse comme à la baisse. Le marché de l'emploi devrait lentement et progressivement retrouver un dynamisme", dit Sam Bullard, économiste chez Wells Fargo à Charlotte, en Caroline du Nord.

LE TAUX DE CHÔMAGE DEVRAIT ÊTRE DE 7,5% EN JUIN

Selon les économistes interrogés par Reuters, les créations d'emplois devraient ressortir en hausse de 165.000 en juin, un chiffre légèrement inférieur aux 175.000 créés en mai, mais supérieur à la moyenne de 155.800 des trois derniers mois.

Le taux de chômage devrait retomber d'un dixième de point de pourcentage, à 7,5%, toujours selon l'enquête Reuters.

Avec ce rapport officiel, les investisseurs espèrent pouvoir se faire une idée plus précise du calendrier de sortie progressive des mesures non-conventionnelles mises en places par la Fed pour soutenir la croissance américaine.

Le président de la Fed Ben Bernanke a fait souffler un vent de panique sur les marchés financiers le 19 juin en annonçant que la banque centrale américaine envisageait de commencer à limiter le rythme de ses rachats d'actifs dès cette année, en vue d'y mettre fin mi-2014, à condition que le redressement de l'économie se confirme.

Ces injections massives de liquidités, au rythme actuel de 85 milliards de dollars par mois, ont largement contribué au "rally" des marchés ces derniers mois.

L'économiste Marc Zandi de Moody's, qui établit le rapport sur l'emploi dans le secteur privé avec ADP, estime pour sa part qu'au rythme actuel de créations d'emplois, le taux de chômage devrait retomber à 7,0% d'ici un an et à 6,5% d'ici l'été 2015.

Le rythme soutenu des embauches est suffisant pour permettre à la Fed - dont l'un des mandats est de tendre vers le plein emploi dans le pays - de commencer à limiter ses rachats d'obligations dans le courant de l'année, a-t-il estimé lors d'une conférence téléphonique après les chiffres ADP.

"C'est le scénario qu'ils ont décrit. Il va dans le sens d'un ralentissement (des achats) cette année." a dit Marc Zandi.

William Dudley, président de la Réserve fédérale, a dit la semaine dernière qu'un palier "informel" pour la fin du programme d'assouplissement quantitatif était un taux de chômage d'environ 7%. La Fed, dont les taux sont proches de zéro depuis décembre 2008, s'est engagée à les maintenir très bas jusqu'à ce que le taux de chômage soit revenu à 6,5%.

De son côté, le consultant Challenger Gray & Christmas a dit mercredi que dans les secteurs de l'éducation et de l'informatique, le nombre de licenciements a augmenté en juin, sans remettre en cause la tendance à la baisse du nombre de suppressions d'emplois au premier semestre.

Les licenciements en rythme annuel devraient ainsi atteindre au troisième trimestre leur plus faible niveau depuis 2000, a estimé John Challenger, directeur général de la société.

"Sauf choc important pour l'économie au second semestre 2013, nous pourrions voir les licenciements continuer à diminuer vers leurs niveaux d'avant 2000", a-t-il dit dans un communiqué.

Lucia Mutikani, Richard Leong et Doug Palmer, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...