Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Wpp abaisse encore ses prévisions

Marché : Wpp abaisse encore ses prévisions

Wpp abaisse encore ses prévisionsWpp abaisse encore ses prévisions

LONDRES (Reuters) - WPP, le numéro un mondial de la publicité, a revu à la baisse jeudi ses prévisions de résultats annuels pour la deuxième fois en deux mois, pour prendre en compte un ralentissement marqué de ses activités en Amérique du Nord et en Europe continentale sur le mois septembre.

Vers 13h45 GMT, le titre WPP, après avoir chuté de 5% dans les premiers échanges, cédait encore 2,04% à 791,5 pence, entraînant notamment dans son sillage l'action Publicis (-1,36%) et pesant sur l'indice regroupant les valeurs médias européennes, inchangé alors que le marché boursier européen dans son ensemble est en hausse.

Le groupe britannique prévoit désormais une croissance de 2,5% à 3% de son chiffre d'affaires à périmètre comparable sur l'année, contre 3,5% évoqué fin août.

Martin Sorrell, directeur général de WPP a dit à Reuters que le groupe était "excessivement prudent" au sujet de l'avenir.

"Les mois de juillet et d'août se sont bien passés (...) C'est fou le nombre de clients qui nous ont dit qu'ils étaient devenus fébriles à l'approche du mois du septembre. Il y a beaucoup d'inquiétudes", a-t-il ajouté.

Ces déclarations font écho à celles d'Omnicom, le grand rival américain de WPP, qui a dit la semaine dernière que le niveau élevé d'incertitudes constaté chez ses clients rendait très difficile l'exercice des prévisions pour les trimestres à venir.

Au troisième trimestre, la croissance à périmètre comparable - mesure clef dans le secteur publicitaire - n'a été que de 1,9%, contre 3,6% sur les six premiers mois de l'année. Les analystes financiers avaient anticipé une progression de plus de 3% pour la période.

Les marges d'exploitation ont été en ligne avec les prévisions et les résultats de l'an dernier sur janvier-septembre.

Martin Sorell a précisé que le principal motif de préoccupation de ses clients de ces dernières semaines n'était plus la crise de la dette dans la zone euro mais le déficit budgétaire américain.

Kate Holton, Marc Angrand et Benoît Van Overstraeten pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...