Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Clôture 1 piètre trimestre sous sombres augures

Wall street : Clôture 1 piètre trimestre sous sombres augures

tradingsat

(CercleFinance.com) - Fin de séance calamiteuse à Wall Street où les indices terminent non seulement sur une vague de liquidation d'une ampleur inattendue mais également au plus bas du jour, enfonçant des supports techniques importants.

Le Dow Jones décroche sous les 11.000Pts (-2,15% à 10.913Pts), le 'S&P' plonge de -2,5% à 1.1315Pts et le Nasdaq dévisse de -2,6% à 2.415Pts, très loin des 2.550Pts tutoyés jeudi matin.

Autre symptôme très inquiétant, l'indice VIX ' de la peur ' a bondi de +10% pour revenir au contact des 43, c'est-à-dire pratiquement le pire niveau observé depuis le 10 août dernier.

Le ' Dow ' chute de -12% sur le trimestre écoulé, le Nasdaq de -13%: 48H auparavant, le recul était contenu en dessous de la barre symbolique des -10%... et personne n'est intervenu ce vendredi pour empêcher la matérialisation d'une perte trimestrielle 'à deux chiffres'.

Mais la plus grosse surprise, compte tenu du spectaculaire redressement de la plupart des indices occidentaux mardi puis jeudi, c'est de voir le 'composite' chuter de -2% sur la semaine tandis que le Dow Jones conserve une timide avance de +1,4%.

Il y a clairement eu un basculement psychologique, une rupture d'anticipations qui affecte particulièrement les valeurs dites de 'croissance', plutôt que les 'industrielles'.

Le vent d'inquiétude proviendrait de Chine où le 'PMI' repasse sous le seuil technique des 50, ce qui signale une contraction de l'activité. La Chine part en effet de très haut (+10,5% de croissance) et un score de +8,5% ou +9% apparaît encore prodigieux en regard de la stagnation qui a frappé la France au 2ème trimestre 2011.

Mais ce que le marché regarde, c'est la 'dynamique' sous jacente... et le ralentissement de l'activité -voulu et provoqué à coup de hausses de taux par Pékin- semble bel et bien se matérialiser depuis le début de l'été. L'autre ' souci ' quasi obsessionnel de Wall Street reste la crise grecque avec des medias qui matraquent presque heure après heure que le dossier n'avance pas, en rappelant qu'il avait fallu moins de 3 semaines pour que le TARP soit conçu, voté et mis en place après la faillite de Lehman. Cela fait 3 mois que la Grèce est pressentie en faillite et de nombreux ' politiques ' continuent de rejeter l'hypothèse d'un défaut de la Grèce et d'une restructuration de sa dette.

Mais le pire demeure la cacophonie des dirigeants allemands à propos du FESF : certains ont pris conscient qu'en l'état actuel de ses moyens financiers (440MdsE), il ne servira à rien en cas de contagion de la crise grecque à la dette italienne.

Wolfgang Schaüble, le ministre des finances allemand, ainsi que Philipp Rösler, le ministre de l'économie, soutiennent la thèse qu'il est inutile de transformer le FESF en banque d'investissement -afin de lui procurer un meilleur levier-, au prétexte que les états membres de l'Eurozone pourraient perdre leur 'triple A' s'ils mettent les doigts dans l'engrenage. Mais pour les marchés, il apparait évident qu'ils le perdront tous si le système bancaire européen n'est pas consolidé d'ici la mi-octobre.

Wall Street invoque donc des signaux négatifs venus de l'étranger pour justifier le ' sell-off ' du jour : la publication des indicateurs US ne justifie guère une débâcle boursière puisque l'indice de confiance du consommateur calculé par l'Université du Michigan est ressorti supérieur aux attentes à 59,4 contre 57,8.

Le 'PMI' de Chicago est ressorti nettement supérieur aux estimations, à 60,4 contre 56,5 au mois d'août (et 51 anticipé).

Au pire, Wall Street a pu être déçu par la contraction des dépenses des ménages US (+0,2% contre +0,4%), et des revenus (-0,1%), enfin l'inflation ressort comme prévu à +2,9% au mois d'août.

Rien de très impressionnant donc et pourtant, les investisseurs se sont livrés à un véritable jeu de massacre sur le compartiment bancaire avec Morgan Stanley -10,5%, Zions Bancorp -6,5%, Regions Financial -6,3%, JP-Morgan -4,1%, Citigroup -4,75%, BoA et Wells Fargo -3,5%.

Au sein du Nasdaq, les vendeurs ont eu la main lourde sur Micron -14,1% (après profit warning), Monster -7,6%, Juniper -6,2%, JDS Uniphase -5,9%, Autodesk -5,2%, Nvidia -4,5%, Dell -4,9%, Intel et E-Bay -4%, RIM -3,85%, Oracle -3,1%.

A la hausse, pas plus de 5 titres au sein du Nasdaq-100, dont Teva Pharma +0,6% et, Vertex +0,1% (2 défensives). Le rendement des T-Bonds 2021 est retombé sur 1,9% et le ' 30 ans ' à 2,91%. Et comme un symbole, cette fin de journée a été marquée par l'effondrement de -54% sur des rumeurs de faillite véhiculées par le Wall Street Journal : le titre bascule dans la catégorie des ' penny stocks ' (moins de 1$) et pourrait cesser d'exister selon nombre d'analystes qui pointent le formidable ratage stratégique concernant la photo numérique.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...