Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Au +haut depuis mai 2011, gare au pétrole à 103$

Wall street : Au +haut depuis mai 2011, gare au pétrole à 103$

tradingsat

(CercleFinance.com) - Wall Street termine la semaine, mais aussi et surtout le mois de février au plus haut... ce qui était manifestement le but recherché, afin de maximiser les gains sur les positions 'longues' accumulées à mesure que le niveau du 'VIX' était consciencieusement ramené de 25 vers 18.

Les opérateurs se sont contentés de 'tenir les positions' durant la matinée, ensuite, la pression acheteuse a été intensifiée et les cours se sont remis à progresser doucement mais régulièrement jusqu'à ce que le Dow Jones se rapproche des 13.000 et le 'S&P' du zénith annuel de clôture des 1.363,5Pts du 29 avril 2011 (une résistance majeure).

Mais des ajustements de position sont survenus à un quart d'heure de la clôture et l'avancée du Dow Jones a été ramenée de +0,6% vers 0,35% (de 12.968 vers 12.950, soit +1,15% hebdo) et le 'S&P' en termine sur un gain de +0,24% à l'issue d'une séance marquée par une singulière absence de volatilité.

Le Nasdaq n'a passé que 5 minutes en territoire positif en tout début de séance avant de basculer dans le rouge pour ne plus en ressortir: au final, le Nasdaq abandonne 0,27% même gagne tout de même +1,6% sur la semaine.

Globalement, un opérateur ayant réparti équitablement ses investissements entre le 'S&P' et le Nasdaq ne gagne rien ni ne perd rien en cette veille de week-end... un peu à l'image d'Apple qui finit quasi inchangé (-0,09%, avec 18 millions de titres traités, soit presque moitié moins que la veille et le tiers de ce qui fut échangé mercredi, soit 55 millions de titres pour un record de 27Mds$ échangés, soit l'équivalent de 6 séances de cotations à Paris).

Les chiffres du jour ont été de peu d'influence sur les cours en cette séance des '3 sorcières', le chiffre de l'inflation a cependant surpris par sa modération au mois de janvier (+0,2% au lieu de +0,4% attendu).

Sur le front pétrolier, la cause semble entendue: le baril franchit le cap des 103$ le baril à New York (103,65$ en clôture) après que le 'Brent' ait pulvérisé le plafond des 120$ à Londres quelques heures plus tôt.

A moins d'un revirement immédiat à la baisse lundi, le pétrole semble bien parti pour s'en aller retracer les 114,5$ et peut être même ses sommets de juillet 2008 si des tensions géopolitiques devaient se matérialiser. Et même à 114$ les dégâts sur la consommation aux Etats Unis risquent d'être sévères, sans oublier l'impact négatif sur le PIB US. Et plus la FED ferait usage du 'quantitative easing' pour relancer la croissance, plus le pétrole et l'inflation progresseraient de concert.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...