Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Wall street va jouer la carte de la prudence

Wall street : Wall street va jouer la carte de la prudence

Wall street : wall street va jouer la carte de la prudenceWall street : wall street va jouer la carte de la prudence

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Une semaine après l'ouverture de la nouvelle saison des résultats, les investisseurs tirent un bilan peu reluisant des premières publications et la prudence sera plus que jamais de mise alors que les trimestriels de plusieurs poids lourds sont attendus.

Alcoa, Google et d'autres groupes ont fortement déçu et sévèrement entamé l'enthousiasme des marchés qui cherchent des éléments de stratégie dans les chiffres des grandes sociétés cotées à Wall Street.

La semaine qui s'ouvre lundi sera rythmée par les résultats de plusieurs pointures, Yahoo, Intel, IBM, Texas Instruments, Goldman Sachs ou encore Citigroup.

Cette avalanche de résultats se produira au cours d'une semaine raccourcie d'une journée, celle de vendredi étant chômée sur les marchés américains.

Les investisseurs scruteront d'un regard anxieux les communiqués des entreprises pour savoir si ces dernières ont déjà pu estimer les conséquences du séisme japonais.

"Nous nous sommes tous un peu endormis ces derniers temps. Cette saison de résultats arrive à point nommé pour nous donner des indications sur la direction à prendre", explique Mike Gibbs, directeur général et stratégiste marché de Morgan Keegan à Memphis.

VOLATILITÉ

"Il y a peut être quelques pièges disposés ça et là et cela pourrait provoquer une hausse de la volatilité."

L'indice CBOE de la volatilité, parfois surnommé "indice de la peur", a reculé vendredi à 15,32, un plus bas sans précédent depuis juillet 2007.

"Si la déception l'emporte à la lecture des résultats de n'importe quel grand groupe la semaine prochaine, d'un point de vue technique ou financier, cela servira de déclencheur à un retour de la volatilité sur les marchés", prévient Joe Kinahan, stratégiste dérivés de TD Ameritrade à Chicago.

Si l'hypothèse selon laquelle de mauvais résultats feront baisser des indices ne souffre que peu de contradiction, la question de savoir si de bons trimestriels les feront grimper reste posée.

Depuis septembre, point de départ de l'actuel "bullish market", le S&P 500, le plus suivi par les gérants de fonds, a pris 25,8%.

Mais la hausse, plus récente mais plus forte, des cours des matières premières et en particulier celle des cours du brut, nourrit des inquiétudes sur ses conséquences sur les consommateurs et sur les entreprises.

Le séisme japonais est venu s'ajouter à ces incertitudes.

Les stratégistes equities de JPMorgan Chase ont déjà abaissé leurs prévisions de résultats pour le deuxième trimestre et l'exercice annuel, afin de prendre en compte ces nouveaux défis.

Selon un point de vue largement partagé sur les marchés, la saison des résultats devrait se révéler suffisante pour consolider les gains sans pour autant faire grimper les indices dans des proportions extraordinaires.

"Les résultats laisseront de quoi maintenir cette bipolarité du marché", présume Mark Lamkin, stratège de Lamkin Wealth Management.

Nicolas Delame pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...