Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Wall street trébuche mais réalise son meilleur mois depuis 1991

Wall street : Wall street trébuche mais réalise son meilleur mois depuis 1991

Wall street : wall street trébuche mais réalise son meilleur mois depuis 1991Wall street : wall street trébuche mais réalise son meilleur mois depuis 1991

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en forte baisse lundi, l'enthousiasme initial né du sommet européen de la semaine dernière s'estompant parmi des investisseurs qui s'interrogent maintenant non plus sur les moyens de régler la crise de la dette de la zone euro mais sur leur usage.

Malgré tout Wall Street a réalisé son meilleur mois depuis 1991 et beaucoup d'analystes pensent que le scénario du pire étant écarté pour le moment en Europe, la Bourse est mûre pour une nouvelle hausse, les investisseurs tournant leur attention vers des statistiques chinoises et américaines meilleures que prévu.

Les valeurs liées aux matières premières ont souffert du fait que le dollar a atteint un pic de trois mois contre le yen, conséquence d'une intervention de la Banque du Japon pour faire reculer la monnaie nationale.

"Le renflouement comporte encore des zones d'ombre et soulève beaucoup de question quant à sa mise en oeuvre", dit Bruce Bittles (Robert W. Baird). "Le marché a énormément monté en octobre; au jour d'aujourd'hui, il est donc suracheté", ajoute-t-il par ailleurs.

L'indice Dow Jones perd 276,10 points (2,26%) à 11.955,01. Le S&P-500 abandonne 31,79 points (2,47%) à 1.253,30. Le Nasdaq Composite cède 52,74 points (1,93%) à 2.684,41.

Sur le mois, le Dow affiche un gain de 9,5%, le S&P de 10,8% et le Nasdaq de 11,1%. Le gain mensuel du S&P est le plus élevé depuis décembre 1991. Malgré cela, il est stagnant depuis le début de l'année.

L'indice de volatilité du CBOE .VIX> a gagné plus de 22%, son pourcentage le plus élevé depuis la mi-août.

Les nouveaux soucis générés par la situation de la dette européenne trouvent de quoi s'alimenter dans le dépôt de bilan du courtier en dérivés MF Global Holdings, un événement qui a affecté plus particulièrement les valeurs financières.

Ce dernier, qui avait engagé de lourdes positions sur la dette souveraine européenne, a déposé le bilan après la rupture des négociations visant à vendre des actifs à Interactive Brokers Group.

Les transactions sur MF Global ont été suspendues.

Aux valeurs, l'indice S&P des ressources naturelles a perdu 4,2%. Dans ce compartiment, l'aluminier Alcoa a dégringolé de 7%. Mais la plus grosse perte sectorielle revient à celui de l'énergie, qui abandonne 4,4%.

Mauvaise performance également des bancaires, dont l'indice KBW cède 4,1%. Les analystes ne croient pas toutefois qu'il faille voir dans cette baisse la crainte de retombées systémiques du fait de la faillite de MF Global.

"De graves questions (sur l'Union européenne) se sont posées et puis il y a eu MF Global. MF est impliqué dans toutes sortes de marchés et les retombées de sa faillite sont inconnues", observe cependant Mark Grant (Southwest Securities).

JPMorgan Chase, qui, selon des documents remis par MF Global aux tribunaux, aurait autour de 1,2 milliard de dollars de créances sur le courtier, a perdu 5,3%.

Wilfrid Exbrayat pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...