Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Wall street termine loin de ses plus bas grâce à la grèce

Wall street : Wall street termine loin de ses plus bas grâce à la grèce

Wall street : wall street termine loin de ses plus bas grâce à la grèceWall street : wall street termine loin de ses plus bas grâce à la grèce

NEW YORK (Reuters) - Les marchés américains ont terminé en ordre dispersé jeudi soir, mais loin de leurs plus bas du jour, les indices ayant effacé une grande partie de leurs pertes, voire terminant en hausse pour le Nasdaq, après l'annonce d'un accord en Grèce.

Citant des sources proches de la situation, Reuters a annoncé dans la soirée, avant que l'information ne soit confirmée plus tard, qu'un accord avait été trouvé à Athènes entre les représentants du gouvernement grec et les inspecteurs du Fonds monétaire international et de l'Union européenne sur un plan d'austérité pour cinq ans. et

"C'est bien évidemment une bonne nouvelle pour le marché", a commenté Mickey Cargile de WNB Private Client Services, expliquant qu'avec cette annonce, le problème grec sortait, du moins momentanément, de la ligne de mire des investisseurs.

"Cela nous permet de nous intéresser aux centaines d'autres choses qui nous interpellent chaque jour, et cela donne une raison de souffler."

Le Dow Jones a fini en baisse de 59,67 points, 0,49%, à 12.050,00 points tandis que le S&P 500 a perdu 3,64 points, 0,28% à 1.2853,50.

Soutenu par Apple, en hausse de 2,67% à 331,23 dollars, qui s'est comporté en locomotive des technologiques, le Nasdaq a de son côté nettement terminé dans le verts, s'adjugeant 0,66%, 17,56 points, à 2.686,75.

Pénalisées par la décision de l'Agence internationale de l'Energie de débloquer l'équivalent de 60 millions de barils de brut, dans le but de favoriser une croissance qui marque le pas, a fortiori dans le contexte d'un brut cher, les énergétiques ont fait fléchir le Dow et le S&P durant la majeure partie de la séance.

Cette tendance venait accentuer la défiance d'un marché déjà découragé par les propos tenus la veille par le président de la Réserve fédérale Ben Bernanke.

La Fed a réduit mercredi ses prévisions de croissance pour les Etats-Unis, tout en gardant le silence sur l'hypothèse d'un nouveau soutien monétaire.

L'annonce d'un accord en Grèce a tiré le Dow et le S&P 500 d'un mauvais pas, le premier ayant atteint un plus bas de séance à 1.1874,73, le second à 1.262,87.

Nicolas Delame pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...