Bourse > Actualités > Points de marché > Wall Street : Wall Street reste optimiste après une année exceptionnelle

Wall Street : Wall Street reste optimiste après une année exceptionnelle

Wall Street : Wall Street reste optimiste après une année exceptionnelleWall Street : Wall Street reste optimiste après une année exceptionnelle

par Ryan Vlastelica

NEW YORK (Reuters) - Alors que Wall Street paraît bien partie pour enregistrer cette année sa meilleure performance depuis 16 ans, les traders ne voient pas la Bourse réitérer l'exploit l'an prochain, sans pour autant verser dans le pessimisme.

Les marchés actions américains aborderont sans doute janvier en douceur, faute de catalyseurs et d'intervenants, bon nombre d'entre eux étant encore en vacances au début du mois, mais la tendance haussière des derniers jours ne devrait pas pour autant être remise en cause.

Si le contexte macroéconomique s'annonce a priori favorable en 2014, l'accélération de la croissance stimulant l'emploi et la consommation, cela ne devrait pas se traduire en Bourse par des gains aussi spectaculaires que ceux de 2013, grâce auxquels les indices ont inscrit record sur record.

"On a le sentiment diffus que l'économie va mieux et la Fed reste aux côtés du marché après avoir dit qu'elle maintiendrait des taux bas", explique Donald Selkin, de National Securities. "Toutefois, même s'il y aura de l'argent frais en Bourse l'an prochain, il y en aura sans doute moins; il y a peu de chance de faire 30% de gain ou à peu près l'année prochaine".

L'indice S&P-500 a gagné 29% depuis le début de l'année, sa meilleure performance annuelle depuis 1997. Le Dow Jones est en progression de 26% et le Nasdaq Composite de près de 38%.

La totalité des 10 secteurs économiques représentés dans le S&P sont également dans le vert. Le gain le plus faible (6,5%) revient aux télécoms et le plus élevé (40%) aux valeurs des produits de grande consommation.

L'un des principaux soutiens du marché cette année, le programme d'assouplissement quantitatif de la Réserve fédérale, ne sera pas aussi prégnant l'an prochain; la banque centrale a lancé son dénouement ce mois-ci et il semble qu'elle le poursuivra tout au long de 2014, aux dires de son président Ben Bernanke.

Selon des analystes interrogés par Reuters, le S&P-500 montera à 1.925 points d'ici la fin 2014, soit une hausse de 4,5% par rapport à son niveau actuel.

Le réseau de location vidéo en ligne Netflix a réalisé la meilleure performance des valeurs composant le S&P, avec un gain de près de 300%, suivi par le distributeur d'électronique Best Buy et le fabricant de mémoires Micron Tech, tous deux ayant bondi de près de 240%.

Tesla Motors, le constructeur de voitures électriques, s'est également distingué avec un gain de 346%, tandis que l'action du réseau social Facebook a plus que doublé.

ÉTAT DE GRÂCE PASSAGER

Toutes ces valeurs pourraient encore accroître leurs gains la semaine prochaine à la faveur d'un "toilettage des bilans", une pratique suivant laquelle les gérants de portefeuilles achètent des actions ayant particulièrement brillé pour présenter à leurs clients des comptes avantageux.

Mais cet état de grâce pourrait n'être que passager, estime Jake Dollarhide, de Longbow Asset Management.

"Personne ne va décréter soudainement qu'il faut vendre Micron ou Netflix mais si la croissance des bénéfices ralentit ou si une téléconférence ne se passe pas bien, on peut très bien assister à une chute de 20% à 30% après le doublement de valeur observé cette année", explique-t-il.

La prochaine "saison" des résultats ne débutera qu'au cours de la deuxième semaine de janvier mais la semaine prochaine livrera déjà quelques indices sur la situation économique avec des indicateurs d'activité dans l'industrie et sur la confiance du consommateur.

Deux statistiques immobilières seront également suivies - l'indice des prix S&P/Case-Shiller et les promesses de vente - alors que le rendement des emprunts obligataires américains à 10 ans évolue à son plus haut niveau depuis deux ans, ce qui augure d'une remontée des coûts du crédit.

"Si le rendement reste aussi élevé, ce sera selon moi un élément négatif techniquement et psychologiquement pour le marché", observe Mark Grand, de Southwest Securities.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...