Bourse > Actualités > Points de marché > Wall Street : Wall Street regarde de nouveau vers Washington

Wall Street : Wall Street regarde de nouveau vers Washington

Wall Street : Wall Street regarde de nouveau vers WashingtonWall Street : Wall Street regarde de nouveau vers Washington

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Les investisseurs américains auront de nouveau les yeux tournés vers Washington cette semaine à l'approche du 1er mars, même si l'angoisse n'est pas la même qu'il y a deux mois lorsque l'économie américaine était sous la menace du "mur budgétaire".

Le compromis intervenu in extremis le 31 décembre avait repoussé au 1er mars l'échéance des négociations sur les coupes budgétaires. Si l'exécutif et les républicains du Congrès ne parviennent pas à un accord, ce sont quelque 85 milliards de dollars de réductions de dépenses fédérales qui prendront automatiquement effet, principalement dans le domaine de la défense.

"C'est toujours un sujet sensible à Washington mais beaucoup moins pour les investisseurs", assure Fred Dickson, stratège chez D.A. Davidson & Co à Lake Oswego, dans l'Oregon.

Le compromis de Nouvel An a été salué par un rally de la Bourse en janvier, et l'indice Standard & Poor's 500 affiche une progression de 6,3% depuis le début de l'année.

L'indice de référence des gérants américains a perdu de sa superbe la semaine dernière, subissant sa première baisse hebdomadaire de 2013.

En cause, le compte rendu de la réunion de janvier du conseil de politique monétaire de la Réserve fédérale, qui donne à penser que la banque centrale pourrait ralentir ou arrêter plus tôt que prévu sa politique d'achat d'actifs.

La situation en Europe pourrait aussi revenir sur le devant de la scène en cas d'élections législatives indécises en Italie dimanche et lundi.

"L'Europe a moins été un sujet d'inquiétude pour le marché ces six derniers mois, mais les problèmes n'ont pas disparu pour autant. Les élections italiennes pourraient venir le rappeler", juge Kim Forrest, analyste chez Fort Pitt Capital à Pittsburgh.

PIB ET APPLE

Le secteur de la défense serait le plus concerné si les coupes budgétaires entrent en vigueur et pourtant Lockheed Martin -principal fournisseur du Pentagone- se porte bien sur le marché des options, avec une nette majorité d'options à l'achat qui montre que les investisseurs parient sur une hausse du titre à Wall Street.

Le titre a fini en progrès de 0,63% vendredi, à 88,12 dollars, imité par d'autres valeurs du secteur de la défense comme General Dynamics (+1,24%) ou Smith & Wesson Holding (+4,55%).

Sur le front des statistiques, les économistes s'attendent à une révision à la hausse du produit intérieur brut (PIB) du quatrième trimestre à la suite des bons chiffres du commerce extérieur de décembre, le déficit commercial de ce mois-là étant tombé à son plus bas niveau depuis près de trois ans.

Le 30 janvier, le gouvernement avait annoncé une contraction inattendue, de 0,1%, du PIB en première estimation, mais les économistes anticipent en moyenne une croissance de 0,5% pour la deuxième estimation qui sera publiée jeudi.

L'autre temps fort de la semaine, sur le front économique, sera l'audition de Ben Bernanke, le président de la Fed, devant des commissions parlementaires mardi et mercredi.

Du côté des valeurs, les investisseurs garderont un oeil sur l'assemblée générale annuelle d'Apple mercredi. Le financier activiste David Einhorn, qui veut contraindre la firme à la pomme à distribuer à ses actionnaires une plus grosse part de ses 137 milliards de dollars de liquidités, a obtenu de la justice qu'elle bloque une proposition de résolution qui aurait pour effet de limiter les émissions d'actions préférentielles.

Avec la contribution de Doris Frankel, Véronique Tison pour le service français

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...