Bourse > Actualités > Points de marché > Wall Street : Wall Street portée par l'énergie et les banques avant la Fed

Wall Street : Wall Street portée par l'énergie et les banques avant la Fed

Wall Street : Wall Street portée par l'énergie et les banques avant la FedWall Street : Wall Street portée par l'énergie et les banques avant la Fed

par Marcus E. Howard

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a connu mardi une deuxième séance consécutive de hausse, encore plus vigoureuse que lundi, avec la poursuite du rebond des cours du pétrole, favorable au secteur de l'énergie, et la bonne tenue des valeurs financières à la veille de l'annonce probable d'une première hausse des taux d'intérêt depuis près de 10 ans aux Etats-Unis.

L'indice Dow Jones des 30 grandes valeurs a pris 156,41 points, soit 0,90%, à 17.524,91 alors que le Standard & Poor's-500, plus large, a gagné 21,47 points ou 1,06% à 2.043,41 points.

Le Nasdaq Composite, à forte composition technologique, a pris de son côté 43,13 points (0,87%) à 4.995,36 points.

Ces trois grands indices ont néanmoins légèrement limité leurs gains en fin de séance par rapport à leurs plus hauts du jour.

La Réserve fédérale a entamé mardi une réunion de deux jours qui devrait déboucher mercredi sur l'annonce d'un resserrement de sa politique monétaire, caractérisée par des taux quasiment nuls depuis la crise financière de 2008.

Les intervenants de marché estiment à 83% la probabilité d'une hausse du taux des Fed Funds, selon le programme "FedWatch" de CME Group. Si la Fed confirme cette anticipation, les investisseurs seront surtout attentifs mercredi aux indications qu'elle donnera sur le rythme à venir de cette normalisation monétaire et sur son évaluation de la situation économique des Etats-Unis.

"L'économie va un peu mieux et un relèvement des taux ne signifie pas que le marché va baisser, c'est un signe positif en fait", juge Joseph Benanti, directeur des ventes et du trading chez Rosenblatt Securities à New York.

La perspective de cette hausse des taux a profité ce mardi aux banques, dont les résultats devraient bénéficier d'un renchérissement du coût de l'emprunt.

WALT DISNEY PORTÉ PAR L'EFFET STAR WARS

Le titre Goldman Sachs a été le principal contributeur à la hausse du Dow Jones, avec un gain de 3,18% à 182,01 dollars.

Citigroup, JP Morgan Chase, Morgan Stanley et Bank of America ont pris entre 2,78% et 3,69% et le secteur dans son ensemble a affiché une progression de 2,38%.

Un autre secteur, celui de l'énergie, a fait encore mieux avec un gain de 2,85% à la faveur de la poursuite du rebond des cours du pétrole.

Les compagnies pétrolières Exxon Mobil et Chevron ont vu leurs actions gagner respectivement 4,47% et 3,84%, soit les deux plus fortes hausses du Dow Jones.

Les groupes parapétroliers Halliburton (+1,51%) et Baker Hughes (-0,60%) n'ont en revanche pas pleinement profité de la hausse des cours du pétrole en raison des exigences formulées par les autorités américaines de la concurrence au sujet de leur projet de fusion.

Contre la tendance, 3M, le fabricant des post-it, a abandonné 6,03% à 148,13 dollars après avoir abaissé sa prévision de bénéfice pour 2015.

Twitter a perdu 3,9% à 23,95 dollars, un plus bas historique de clôture, à la suite d'un abaissement d'objectif de cours de la part d'Evercore. Le site de microblogging a perdu un tiers de sa valeur en 2015 et le titre est désormais à moins de 2% de son plancher historique.

Walt Disney (+2,57%) et le concepteur de jeux vidéo Electronic Arts (+3,83%) ont profité du bon accueil réservé au dernier épisode de la saga "La Guerre des Etoiles" (Star Wars) sorti lundi dans les cinémas américains.

Neothetics a plongé de plus de 81% sur le Nasdaq après avoir annoncé lundi que son traitement expérimental du gonflement abdominal avait échoué à deux examens cliniques.

A la veille de la décision de la Fed, le dollar a pris plus de 0,5% face à l'euro, à 1,0931 dollar pour un euro, tandis que le rendement à 10 ans des bons du Trésor américain est remonté à 2,2711% contre 2,225% lundi, d'autant que la hausse des marchés actions a réduit l'attrait des valeurs refuges.

(Bertrand Boucey pour le service français)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...