Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Wall street ouvre peu changée, craintes sur l'italie

Wall street : Wall street ouvre peu changée, craintes sur l'italie

Wall street : wall street ouvre peu changée, craintes sur l'italieWall street : wall street ouvre peu changée, craintes sur l'italie

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a ouvert peu changée lundi, les turbulences politiques en Italie ravivant les craintes de voir la troisième économie de la zone euro à son tour emportée par la crise de la dette.

Cinq minutes après l'ouverture, le Dow Jones prenait 0,14% (17 points) à 12.002 points. Le Standard & Poor's, plus large, prenait 0,23% (2,8 points) à 1.256 points tandis que le composite du Nasdaq prenait 0,12% (3 points) à 2.689.

Le chef du gouvernement Italien, Silvio Berlusconi, lâché par de nombreux députés de sa majorité à la veille d'un vote décisif au parlement, a démenti à la mi-journée les rumeurs de démission imminente circulant sur les marchés et sur internet.

Outre l'accord conclu dimanche en Grèce sur la formation d'un gouvernement de coalition, la situation politique et budgétaire de l'Italie sera au coeur des discussions entre les ministres des Finances européens dès lundi soir à Bruxelles. En attendant, les marchés sont nerveux.

"L'Italie est une source d'inquiétudes vraiment beaucoup plus large, avec des problèmes qui traînent depuis des décennies", note Peter Kenny, directeur général de Knight Capital.

"Ce n'est pas quelque chose que vous pouvez circonscrire. L'Italie est centrale à la zone euro et elle va contraindre l'Union européenne à recalibrer tout ce qui avait été jusqu'à présent tenu pour acquis."

Aux valeurs, Best Buy perd 0,6% après avoir annoncé qu'il verserait 838 millions de livres (977 millions d'euros) au britannique Carphone Warehouse pour le rachat de sa part dans leur coentreprise dans les téléphonies mobiles aux Etats-Unis.

Tekelec bondit de plus de 11%. Le fournisseur technologies pour réseaux a accepté d'être racheté par un consortium de fonds d'investissement emmené par Siris Capital pour environ 780 millions de dollars.

Chuck Mikolajczak, Natalie Huet pour le service français, édité par Nicolas Delame

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...