Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Wall street ouvre en repli, plombée par la chine et l'europe

Wall street : Wall street ouvre en repli, plombée par la chine et l'europe

Wall street : wall street ouvre en repli, plombée par la chine et l'europeWall street : wall street ouvre en repli, plombée par la chine et l'europe

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a ouvert la séance de mercredi en recul, en réaction à l'inquiétude suscitée par la crise budgétaire européenne et à la publication d'une série de statistiques jugées décevantes aux Etats-Unis et en Chine.

Dans les premiers échanges, le Dow Jones reculait de 0,86% à 11.394,43 points. Le Standard & Poor's, plus large, semble parti pour enregistrer une sixième séance consécutive de baisse, cédant 1% à 1.176,21 points tandis que le composite du Nasdaq cédait 0,9% à 2.498,47 points.

Aux Etats-Unis, une légère hausse des inscriptions hebdomadaires au chômage a été observée, contre toute attente, lors de la semaine au 19 novembre.

Les commandes de biens durables ont par ailleurs baissé en octobre. Les fortes révisions à la baisse de septembre et les projets d'investissement timides des entreprises laissent penser que le secteur industriel marque une pause.

En Europe, Berlin a procédé dans la matinée à une émission de dette jugée calamiteuse. Les rendements très faibles offerts par le Bund ont douché l'appétit des investisseurs, déjà inquiets quant au coût que fera peser sur l'Allemagne la spirale de la crise européenne de la dette.

En Chine, l'activité industrielle chinoise s'est contractée en novembre pour atteindre son plus faible niveau depuis mars 2009, montre un indice des directeurs d'achat, rappelant la vulnérabilité du pays face aux turbulences et au ralentissement de l'économie mondiale.

Du côté des valeurs, le titre Deere bondit de 4,5% après avoir fait état d'une hausse de 46% du bénéfice au quatrième trimestre et d'une anticipation de croissance notable en 2012.

Les banques sont en baisse. La Réserve fédérale des Etats-Unis a annoncé mardi qu'elle éprouverait finalement la résistance de six grandes banques américaines, parmi lesquelles Bank of America Corp (-1,3%) et Citigroup (-1,8%), face à des chocs potentiels sur les marchés et notamment à une détérioration de la situation en Europe, dans le cadre de sa revue annuelle sur la santé des banques.

Catherine Monin pour le service français, édité par Danielle Rouquié

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...