Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Wall street ouvre en net repli après l'abaissement de la note us

Wall street : Wall street ouvre en net repli après l'abaissement de la note us

Wall street : wall street ouvre en net repli après l'abaissement de la note usWall street : wall street ouvre en net repli après l'abaissement de la note us

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a ouvert en fort recul lundi, dans le sillage des principaux marchés d'actions mondiaux, conséquence de l'abaissement de la note souveraine des Etats-Unis par Standard & Poor's vendredi soir.

Dans les premiers échanges, le Dow Jones cédait 1,70% (195,12 points) à 11.247,24 points. L'indice S&P 500, plus large, perdait 1,95% (23,40 points) à 1.178,22 points, tandis que le composite du Nasdaq reculait de 2,53% (63,99 points) à 2.468,22 points.

La décision de l'agence de notation est venue s'ajouter aux craintes sur la vitalité de la croissance américaine et sur la crise de la dette en Europe, qui se sont traduites la semaine dernière par la pire performance hebdomadaire depuis plus de deux ans sur les marchés d'actions new-yorkais.

Sur fond de fuite vers les valeurs-refuge et d'aversion pour le risque, la séance devrait être particulièrement agitée à Wall Street, les investisseurs redoutant notamment que les autres grandes agences de notation n'emboîtent le pas à S&P pour priver les Etats-Unis de leur précieuse note "triple-A".

Moody's a réaffirmé lundi qu'elle pourrait elle aussi abaisser avant 2013 la note de la dette des Etats-Unis si les perspectives budgétaires et économiques se détérioraient nettement, mais estime possible d'ici là un nouvel accord à Washington pour réduire le déficit.

Face à cette volatilité, le New York Stock Exchange a invoqué la règle 48 en début de séance, une disposition qui permet d'apaiser les échanges.

Valeurs bancaires et cycliques sont particulièrement à la peine, avec un repli de 7% pour Bank of America, de 4,3% pour Citigroup et un recul de 4,1% pour Caterpillar.

Bank of America est en outre dans le viseur des investisseurs après une plainte à son encontre d'AIG, qui lui réclame plus de 10 milliards de dollars pour des pertes liées aux crédits hypothécaires.

Jean Décotte pour le service français, édité par Catherine Monin

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...