Bourse > Actualités > Points de marché > Wall Street : Wall Street ouvre en hausse avant les minutes de la Fed

Wall Street : Wall Street ouvre en hausse avant les minutes de la Fed

Wall Street : Wall Street ouvre en hausse avant les minutes de la FedWall Street : Wall Street ouvre en hausse avant les minutes de la Fed

NEW YORK (Reuters) - Wall Street progresse à l'ouverture mercredi, après deux séances consécutives de pertes, dans un marché prudent à l'orée de la saison des résultats trimestriels et avant la publication du compte-rendu du dernier Comité de politique monétaire de la Fed.

Dans les premiers échanges, vers 13h45 GMT, l'indice Dow Jones gagne 46,84 points, soit 0,28%, à 16.953,46. Le Standard & Poor's 500, plus large, progresse de 0,31% à 1.969,73 et le Nasdaq Composite prend 0,39% à 4.408,59.

Les volumes devraient rester limités avant la publication, à 18h00 GMT, des minutes du FOMC, dont le marché attend des indications sur le calendrier du relèvement des taux d'intérêt aux Etats-Unis.

Après les récents records établis par les principaux indices américains, soutenus par des statistiques économiques robustes, le S&P 500 a enregistré sa plus forte baisse en deux jours depuis la mi-mai.

Les investisseurs veulent désormais avoir la confirmation d'une embellie de l'activité américaine avec une hausse des bénéfices des entreprises au deuxième trimestre, après un premier trimestre décevant.

Selon une enquête Reuters, les bénéfices des entreprises pour le deuxième trimestre sont attendus en hausse de 6,2%. Les analystes ont revu leurs attentes à la baisse, ils prévoyaient en moyenne une progression de 8,4% lors d'une enquête menée fin avril.

Alcoa grimpe de 3,7%. Le producteur d'aluminium, qui ouvre traditionnellement le bal des résultats et donne souvent le ton de la saison, a fait état mardi après la clôture d'un bénéfice conforme aux attentes.

Boeing est stable à 126,90 dollars après avoir finalisé avec Emirates une commande portant sur 150 futurs 777X.

Citigroup perd 0,29%. Selon une source proche du dossier, la banque pourrait accepter de payer environ sept milliards de dollars (5,1 milliards d'euros) pour clore une enquête américaine sur des crédits immobiliers douteux cédés au tout début de la crise financière.

(Mathilde Gardin pour le service français)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...